Ngoné Ndoye, présidente de Femidec: « Les 6 milliards investis dans les bourses familiales auraient pu servir à créer des emplois pour ces familles »

Ngoné Ndoye, présidente de Femidec:

Après avoir participé aux Conseils des ministres et partagé les lambris dorés du palais, sous Abdoulaye Wade, Mme Ngoné Ndoye est, aujourd’hui, une habituée des ghettos de quartiers pauvres de Dakar comme des cases humides des villages de la Casamance. Avec le Femidec, elle est la porte-parole de millions de femmes et d’enfants à qui elle veut offrir un meilleur avenir tout en les maintenant, ici, au Sénégal.

A ceux qui se demandaient s’il y avait une vie apaisée après la politique, Mme Ngoné Ndoye a une réponse pour vous. « Après une vie bien remplie en politique, il y a encore la politique! » Pas celle-là, dévoyée, qui permet à un socialiste de devenir libéral ou un marxiste-léniniste de vêtir le manteau du nationaliste pour se servir.

Celle prônée par l’ex-ministre des Sénégalais de l’extérieur, sous le président Abdoulaye Wade, est l’engagement au service de ses concitoyens; tout en gardant ses distances avec le pouvoir exécutif. « Travailler pour l’humain » et participer, à sa manière, à changer le quotidien de ses semblables. Comme quand elle était dans un gouvernement d’Etat. Voila l’essence de l’engagement de cette femme de convictions pour qui, « on peut servir son pays, à toutes les échelles. »

Avec son association, Femidec, l’ancienne ministre de Me Abdoulaye Wade est d’attaque. Et, cette fois-ci, si ses alliés sont les populations défavorisées des banlieues et des grandes villes de l’intérieur du pays, ses cibles sont les gouvernements africains qui laissent envahir nos marchés par des productions asiatiques qui ruinent nos artisans et minent nos économies. « On doit encourager la consommation de produits fabriqués ici par les nôtres, c’est la voie du développement », professe-t-elle de Rufisque à la Casamance.

Pour cette panafricaniste qui se réclame de Thomas Sankara, « il faut redonner sa dignité à l’homme africain. » Pour cela, Mme Ngoné Ndoye voudrait que l’Etat protège les artisans sénégalais, leur facilite l’accès aux financements. Et encourage l’emploi des jeunes. « Si nous voulons retenir nos jeunes dans ce pays, il faut leur créer des emplois. » Croit savoir la présidente de Femidec.

Aussi, si elle pense que la politique est la seule voie pour accéder au développement de nos pays et aussi la seule stratégie qui permet aux enfants du monde entier de circuler librement, partout à travers le monde, Mme Ngoné Ndoye reconnait avoir été contrainte, par dépit, de tourner le dos à la passion de sa vie: la politique. « Parce qu’elle est dévoyée« , pense-t-elle.

Et, cette séparation d’avec « l’art de gérer la cité« , l’a poussé dans les bras de la politique associative. Avec Femme enfant, migration et développement communautaire, (Femidec) Mme Ngoné Ndoye est sur le terrain et voudrait redonner le sourire aux femmes qui sont les premières victimes des drames que cause l’immigration légalisée comme clandestine. « D’une manière ou d’une autre, les femmes et les enfants sont les premières victimes de l’immigration« , déplore la présidente de Femidec.

Porte-parole de ces mères dont la voix est devenue inaudible, nouvelle icône de ses épouses lasses d’attendre un mari qui ne répond plus au téléphone, Mme Ngoné Ndoye est en ordre de bataille. Et, elle aimerait que les Etats fassent appel à des associations, comme Femidec, pour accompagner ces femmes. « Nous devons recenser le nombre de Sénégalais partis en voyage et voir ceux sont en vie comme ceux sont décédés« , pense Ngoné Ndoye.

Consciente qu’un grand nombre de jeunes migrants sont détenus dans des geôles, à travers le monde, ou détenus en esclavage moderne en Libye -devenu lieu de passage vers l’Europe-, Mme Ngoné Ndoye pense que de nombreux migrants refusent de répondre au téléphone quand l’indicatif 00221 -du Sénégal à partir de l’étranger- s’affiche sur l’écran. Puisque l’Europe ne veut plus de nos bras valides, la présidente de Femidec voudrait que l’Etat prenne ses responsabilité et s’occupe des besoins de sa jeunesse.

Aussi, parce que les Sénégalais ne savent pas s’occuper de leurs migrants, ne les considérant que comme des guichets de banques, la présidente de Femidec voudrait voir mise en place la direction des migrants Sénégalais, pour s’occuper des nos immigrés et des réfugiés qui reviennent des zones de guerre.

En désaccord avec l’instauration de la bourse familiale étable par le gouvernement de Macky Sall, Mme Ngoné Ndoye pense qu’au lieu de donner 25.000 F.CFA toutes les fins de mois, en guise d’aumône, l’Etat gagnerait à créer des emplois pour ces familles. « En permettant à un chef de village de recenser des familles nécessiteuses devant bénéficier de ces bourses sociales, on permet à la société d’indexer ces personnes comme étant les plus pauvres. Alors que, dans notre société, on ne montre pas un pauvre du doigt. » A déploré Mme Ngoné Ndoye.

Laisser un commentaire