Sénégal: « Nous voulons commencer la solidarité au pas de nos portes », Seynabou Ndour

Sénégal: "Nous voulons commencer la solidarité au pas

Regroupées au sein de l’association « Le Chemin de la réussite », les femmes de Grand Dakar ont décidé de prendre leur destin en main. Rassemblées par Mme Seynabou Ndour, elles s’attaquent, tous les jours, aux problèmes qui minent le quotidien des femmes, veuves et mères de famille de l’arrondissement. Un combat de longue haleine pour se sortir de la précarité.

Ce mercredi 28 février, les membres de l’association « Chemin de la Réussite » étaient, encore, de sortie. Après les opérations caritatives organisées au cours du ramadan dernier et pendant la distribution des fournitures scolaire pendant les deux dernières ouvertures des classes, les femmes de Grand Yoff ont organisé, cette semaine, une journée d’échanges. A en croire leur ordre du jour, « la rencontre a pour objectif de construire de solides bases au niveau de leur arrondissement, Grand Dakar. »

Créée en 2014, cette association qui dit regrouper les cheffes de famille de cette grande commune dortoir de Dakar vient d’être reconnue par l’État, comme un regroupement d’utilité publique. Mais, cette reconnaissance est sans accompagnement ni administratif ni financier. Malgré cette dure réalité, avec Seynabou Ndour, une assistante sociale de profession, les femmes de Grand-Dakar ont pu faire des « actions concrètes qui touchent la cible la plus défavorisée de la population ».

Fortes de ces succès, elles aimeraient baliser leur « Chemin de la réussite » pour continuer à bien aider les plus faibles parmi les femmes, composantes de la société: parce que quand une femme est autonome, c’est toute la famille qui sort de la précarité. Comme son nom l’indique, « le but de l’association est avancer ensemble, se donner la main ».

Et, pour atteindre cet objectif, les femmes de Grand-Dakar, assistées par les sages comme par des notables de la commune, ont mise en place un plan stratégique qui leur permet de communiquer. De montrer leur raison d’être.  Et, aussi, convaincre de nouveaux adhérents comme de susceptibles partenaires financiers ou autres de se joindre au combat contre la pauvreté.  « Après avoir validé notre plan stratégique, on tend la main à toute personne qui peut nous aider à réaliser le plan d’action. Nous n’avons aucune aide de l’État« , a précisé Seynabou Ndour.

Par ailleurs, la présidente du « Chemin de la réussite » a déclaré que « l’objectif général est de renforcer la capacité socio-économique des populations de la commune de Grand-Dakar, participer à la lutte contre la malnutrition, organiser des consultations médicales… » Et l’association cible les jeunes, les veuves et les divorcées qui ont la charge de nombreux enfants, les femmes cheffes de ménage victimes d’abandon ou de démission du mari, les jeunes et les talibés, à venir les rejoindre.

Laisser un commentaire