Sénégal: un déferlement vers “les plages de la mort”

Les plages sont prises d’assaut en cette période caniculaire qui coïncide avec les vacances scolaires où les cas de noyades se multiplient, notamment chez les plus jeunes. Les maîtres nageurs appellent les parents à contrôler leurs enfants.

De la plage des Parcelles à la plage de Guédiawaye en passant par Golf, Malika et BCEAO, le littorale qui longe la banlieue enregistre de nombreux cas de noyades durant les vacances. Des milliers de jeunes déferlent sur la plage pour se rafraichir. Cependant ils encourent d’énormes risques. Une situation qui sème le désarroi des populations.

Il est 15 heures à la plage de Malika, une multitude de jeunes s’amasse dans la mer. D’autres préfèrent prendre de l’air sous les arbres. Et les maîtres nageurs sont en faction sans cesse. En dépit de la surveillance de ces derniers, les cas de noyades se multiplient. Car le baigneur peut en quelques instants perdre pied et se retrouver balloté par les flots jusqu’à l’épuisement parce que le sable s’est dérobé sous l’effet d’une mer agitée. Le malheur c’est que la plus part de ces baigneurs sont âgés entre  10 et 15 ans.

Dépité, Lamine Diouf pointe du doigt les parents. Il dénonce le manque de contrôle parental. “Certains parents n’ont plus le temps de surveiller les enfants à la maison“. Et le grand nombre d’enfants sur cette plage confirme ses propos.

Pour cette étudiante en faculté de droit, la défaillance de l’éducation des enfants est la source de tous les maux de la société. Les parents doivent assurer pleinement leur responsabilité malgré les vicissitudes de la vie, insiste-elle.

Maîtres nageurs, sapeurs pompiers, tous appellent à la vigilance des parents. Toutefois, ils demandent aux autorités de leur doter plus d’équipements de sauvetage pour leur faciliter la tâche.

Laisser un commentaire