Sanctions dans la tragédie du Stade Demba Diop : Une promesse de plus du président Macky Sall

Sanctions dans la tragédie du Stade Demba Diop

1

Toujours prompt à prendre la parole après des drames, le chef de l’Etat du Sénégal a encore promis de sanctionner les responsables de la mort de 9 jeunes gens dans l’affaissement d’une partie du stade Demba Diop de Dakar. Mais, la promesse du premier des Sénégalais est toujours restée un chapelet de vœu pieux.

Comme si cela suffisait à mettre du baume sur les blessures, encore béantes, des familles éplorées comme des victimes de l’effondrement d’un pan de la tribune découverte du stade Demba Diop, les communiquants du palais, en complicité avec la presse, sont venus nous répéter que «Macky Sall promet de lourdes sanctions contre les auteurs» de cet ignoble -acte prémédité ?- qui a conduit à la mort de 9 jeunes gens. Et à la blessure d’une centaine de personnes ; dont certains en urgence vitale absolue.

Comme à ses habitudes, le chef de l’Etat a promis de sévir. De chercher les auteurs de ce honteux caillassage, les policiers coupables de négligence dans leur mission de maintien de l’ordre comme les criminels, les businessmen responsables des malformations notées dans la réfection du stade Demba Diop de Dakar. Des entrepreneurs, toujours les mêmes, à qui on a payé 400 millions de F. CFA, pour faire du rafistolage.

Venant du président d’un pays autre que le Sénégal, tout le monde aurait applaudi. Mais de Macky Sall, on est en droit de douter. Je suis, même, convaincu qu’on doit, plutôt, désespérer de voir le glaive de la justice s’abattre sur ces entrepreneurs de la mort, ces honnis responsables de fédé qui s’accrochent à leur fauteuil comme des sangsues à la plaie. Ces ministres dont la responsabilité, dans ce drame, a été dénoncée par les spécialistes du milieu et qui, pourtant, feront tout pour ne jamais être inquiétés.

Après le laisser-faire noté dans tous les secteurs de la vie, il est temps que Macky Sall marque, de son empreinte, son passage à la magistrature suprême ; en posant des actes de souveraineté dignes d’un chef d’Etat. La rigueur de la force publique doit s’exercer sur toutes les personnes impliquées dans ce drame afin que cela serve de leçon.

Mais, depuis qu’il promet d’agir, le président sénégalais n’a laissé entreprendre -par la justice- aucune décision populaire qui lui survira. Aucune grande réforme, ni dans la justice ni nulle part ailleurs, n’a été entreprise.

Le seul legs que le Sénégal retiendra de lui aura été l’emprisonnement précipité de Karim Wade par un tribunal d’exception et son exfiltration, du Sénégal, après nous avoir promis de recouvrer nos milliards pendant que lui Macky Sall, dilapidait d’autres milliards dans des frais de missions inutiles et autres émoluments d’avocats, à la recherche du magot jusqu’ici jamais retrouvé.

Une chose est certaine : dans la semaine et dans les jours à venir, de nombreux jeunes de Ouakam, parfois sur de simples dénonciations d’un rival ou d’un mari jaloux, seront arrêtés et envoyés à Reubeus pour avoir participé à cette terrible scène de caillassages. Mais, les gros bonnets et ceux qui ont des relations solides ne seront jamais inquiétés.

Il suffit juste de faire un petit retour en arrière pour se rendre compte que, avec Macky Sall, la promesse de sévir contre les auteurs ou complices de crimes de masses n’engage que ceux qui y croient.

Il l’avait promis de sanctionner lourdement dans l’affaire de la Licence 4 G. Mais, ni Tigo, ni Orange encore moins Expresso n’ont été condamnés pour que ce soit. On se rappelle encore de ce 3 mars 2013, lorsque débarquant de ses bolides et entouré de sa Task force, le nouveau et fringant président sénégalais s’était, devant les caméras, engagé à punir les responsables du maintien en esclavage de jeunes enfants réduits à la mendicité et parmi lesquels 9 talibés avaient trouvé la mort dans l’incendie de leur dortoir, à la Médina.

Comme ses talibés de la Médina, on pourrait citer les 600 naufragés de la route en 2016 parler des centaines de morts par accident de cette année, les 21 femmes noyées de Bettenty, la vingtaine de victimes de Médina Gounas, les 5 enfants des Parcelles Assainies etouffés dans leur minuscule chambre, les égorgés et éclopés de Dakar etc.

Comme toujours, Macky Sall a promis de lourdes sanctions. Au bout du compte, il n’y a jamais rien eu. Personne n’a jamais été condamné. Comme ça a été le cas sous le règne de l’autre grand vendeur de vendeur d’illusions.

Celui-là qui, après nous avoir dirigés pendant 12 années et refusés que les responsables du naufrage du bateau le Joola –plus de 2000 morts- répondent de leurs actes devant les tribunaux sénégalais ou étrangers, nous promet, aujourd’hui un nouveau Sénégal. «Un Sénégal de paix de démocratie, développement et de justice», alors qu’il a régné sur nous en monarque absolu. Et appris à Macky Sall qu’on pouvait tranquillement diriger le Sénégal avec du Wakh Wakhète.

 

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire