Procès Imam Ndao : Outré par les propos d’un avocat, le Procureur hausse le ton

Procès Imam Ndao : Outré par les propos d'un avocat

Le procès des accusés dans l’affaire Imam Alioune Ndao pour terrorisme, a connu un incident qui a mis à dos un avocat de la défense et le substitut du procureur. Cet incident vite étouffé, hier, avant la suspension de l’audience, a été soulevé ce jeudi 26 avril 2018, par le représentant du ministère public qui a vivement dénoncé les propos tenus, par Me Cheikh Khoureychi Ba.

Celui-ci, a mis à profit, la reprise de l’audience, ce matin pour émettre une observation relativement à l’incident qui a entrainé la suspension de l’audience qui avait consacré l’audition de l’accusé Moustapha Diatta. « Depuis le début de cette audience, comme dans toutes celles dont j’ai eu le privilège d’occuper le siège du ministère public, personne ne m’a jamais entendu insulter un prévenu, a fortiori un avocat ou un conseil. Je souhaite que ce même respect me soit retourné. Et pour vous assurer, ni demain ni après, personne ne m’entendra injurier ou insulter quelqu’un », a dit le procureur qui entendait fustiger les propos tenus par Me Ba, hier, dans l’après midi.

À ce titre, il a invité le président de la Chambre criminelle spéciale à prendre ses responsabilités afin que pareille situation ne se répète. « Il est vrai qu’on peut ne pas aimer l’orientation du ministère public, mais cela ne peut donner nullement le droit d’utiliser des mots que moi, ni ma décence ni mon éducation ne permettent de mentionner. J’en appel à votre sagesse pour que pareille situation ne se répète. Que votre juridiction en tire toutes les conséquences de droit. Il me semble trop facile, de venir à la barre, insulter et revenir après présenter des excuses », a déclaré Aly Ciré Ndiaye.

Le juge Samba Kane, prenant la parole a tenté de rassurer le procureur. « Je pense que cela est bien noté. Cela n’est pas admissible et le tribunal ne peut pas tolérer que certains propos soient tenus à l’audience. Cela ne se renouvellera plus jamais. Certains propos ne doivent pas sortir de la bouche des acteurs de la justice que nous sommes », a assuré le président de ladite chambre.

Me Ibrahima Ndiéguéne, s’exprimant au nom de l’Ordre des avocats, a assuré qu’il était en phase avec les magistrats. « Nous sommes des acteurs de la justice. Nous ne pouvons également accepter que certains propos soient tenus par un avocat devant la barre. Nous ne pouvons accepter que certains propos soient aussi tenus à l’endroit des avocats. Nous sommes pour le respect dû à l’institution que vous incarnez. Il faut de la sagesse pour gérer cette affaire. Ce n’est pas facile pour vous ni pour nous. (…). Vous constaterez que tous les jours un membre de l’ordre est là pour suivre tout ce qui se passe ici. Et si nous notons de manquements de tous les cotés, nous prendrons nos responsabilités. Si cela vient de nous, nous réagirons et si ça vient d’autre part nous réagirons. Nous sommes en phase avec vous. (…). J’invite le procureur de la république à aller dans le sens de la justice. Pour que ceux qui nous regardent, en quittant, sache nous sommes dans un cadre sérieux. J’invite mes confrères à plus de responsabilité ».

Le président de clore le débat sur ce point avant d’appeler Alpha Diallo à la barre.

Laisser un commentaire