Procès Imam Ndao : « Nous avons été torturés au Nigeria »

Procès Imam Ndao : "Nous avons été torturés au Nigeria"

Après une suspension, jeudi, le procès de l’Imam Ndao et de ses co-accusés a repris, ce lundi. À la barre : Lamine Coulibaly dit Abou Jabar, accusé d’apologie au terrorisme, blanchiment, association de malfaiteurs, entre autres.

Né en 1993 à Boke Diaobé, étudiant en arabe et célibataire sans enfant, l’accusé résidait à Yoff, chez son oncle. C’est là bas, raconte-t-il, où il a fait la connaissance d’Ibrahima Ba par l’entremise de Moustapha Faye. Qui lui a payé son voyage au Nigeria.

« C’est un ami Moustapha Faye qui nous a présentés. C’est Ibrahima Ba qui a financé nos voyages. Il nous a remis chacun 150 000 F CFA. On a été au Mali, ensuite à Zender. Mais, nous étions deux à arriver à Diffa », raconte Coulibaly à la barre, niant au passage les accusations retenus contre lui.

Retraçant son parcours, il a indiqué avoir été pour sa première sortie internationale en Mauritanie

« J’ai séjourné au Nigéria pour… »

« On m’a arrêté, en fait, en Mauritanie. J’allais à Nouakchott. Nous étions en cours de route. J’ai séjourné au Nigéria. Mais, c’était pour aller étudier et approfondir mes connaissances. On m’y a amené en me faisant croire, auparavant, que j’allais au Niger. C’était un voyage qui n’était pas planifié. J’étais avec Mody Tall, Abou Diallo, Maïmouna Ly », indique-t-il. Et d’ajouter :  » Mody Tall est un ami que j’ai connu en cours de chemin. Arrivés au Nigéria, on a été à Ibadan pendant 5 jours, je me suis renseigné le lendemain sur les conditions d’apprentissage. On m’a informé que je dois me rendre dans une autre ville ».

Après Ibadan, Coulibaly s’est rendu à Fathul Mubin. « Arrivés là bas, on nous a logés dans une maison près d’une mosquée. Je me suis alors rendu compte que le lieu d’apprentissage était ce lieu de culte », avoue-t-il.

« On m’a torturé pour… »
Là bas, jure-t-il, « Je n’ai subi aucune formation. Et je n’ai pas assisté ni participé à un combat. Après Fathul Mubin, on nous a déplacés sous prétexte qu’il n’y avait pas de sécurité dans cette zone. On est alors parti à Samissa, fief de Boko Haram, en groupe ».

Contrairement à ses déclarations à la police, Coulibaly soutient n’avoir jamais rencontré le chef de Boko Haram. « Au Nigéria, on m’a torturé pour me pousser à avouer que j’ai rencontré le chef de Boko Haram. J’ai dit non. On m’a également torturé pour que je dise où se trouvait Mohamed Ndiaye », raconte-t-il. Avant d’évoquer l’étape la plus difficile de sa vie : son arrestation au Nigeria.

« En nous préparant pour quitter le Nigéria, on nous a interpellés à la sortie de Gaydan, après une dénonciation. On nous a accusés d’appartenir à Boko Haram. On nous a posés des questions sur notre appartenance à Boko Haram. Nous avons contesté. Ils ont alors commencé à nous torturer. Ils nous ont amenés en prison en nous posant les mêmes questions. Les tortures ont repris de plus belle. On nous a transférés ensuite dans une autre prison, où nous avons été enfermés pendant 2 mois. Durant tout ce temps, nous étions privés d’eau pour nos ablutions et de bains quotidiens. On n’avait qu’un seul repas par jour. Moussa Aw est tombé malade. Mballo a commencé à perdre l’esprit. Nous avons été déplacés dans une pièce. L’état de santé de Moussa Aw se dégradait de jour en jour. Il est finalement décédé. On nous a encore déplacés dans une autre prison. Nous y avons été détenus pendant deux semaines. Puis, on nous a transférés à Abuja (capitale fédérale du Nigéria) », rembobine l’accusé.

« Depuis notre retour du Nigeria »
Les prisonniers seront sauvés des geôles nigérianes grâce à une intervention de l’ambassadeur du Sénégal, explique l’accusé. « Nous étions en prison. L’ambassadeur est venu nous voir. On lui a fait savoir les raisons pour lesquelles nous étions en détention. C’est après cela qu’on nous a rapatriés en novembre 2015. On est rentrés librement au bercail. Les autorités sénégalaises, bien informées des faits à nous reprochés, ne nous ont pas appréhendés, à notre descente de l’aéroport. Des 32 accusés impliqués dans cette affaire, il y en a que certains que j’ai rencontré au Nigéria », soutient-il.

Après quelques jours passés à Boke Diaobé, dans son village natal, Coulibaly décide à nouveau de se rendre en Mauritanie pour poursuivre ses études. « Depuis mon retour, je n’ai pas tenu de réunions avec ces personnes rencontrées au Nigéria. J’ai rencontré Mohamed Ndiaye en Mauritanie, une seule fois. Depuis mon retour, je n’ai jamais posé un acte allant dans le sens de tenter d’empoisonner de la nourriture, de poser une bombe ou d’essayer de faire sauter un immeuble. Aucun acte qui a pour but de semer la peur. Je n’ai jamais fait une telle chose. Et, cela ne m’a jamais traversé l’esprit », a-t-il juré à la barre.

Laisser un commentaire