Procès Imam Aliou Ndao et cie : le réquisitoire du procureur

Procès Imam Aliou Ndao et cie : le requisitoire du procureur

Après plusieurs jours de procès (les auditions des accusés et autres), le procureur tient aujourd’hui ses plaidoiries sur ce dossier qui a fait couler beaucoup d’encre et de salives dans la société. Le procureur Aly Ciré Ndiaye est en train de retracer les péripéties du dossier des présumés terroristes que sont l’Imam Aliou Ndao et ses coaccusés.

A l’entame de ses plaidoiries, le représentant du ministère public a salué le travail du service des Renseignements généraux qui a permis au Sénégal de déjouer des actes terroristes qui étaient prévus sur son territoire. Ce qui lui a permis de lancer un ouf de soulagement pour dire : « qu’en réalité, on l’a échappé belle »

« Lorsque les audiences ont commencé, nous avons entendu l’écrasante majorité de Sénégalais nous dire qu’en réalité on l’a échappé belle. C’est dire que nous sommes concernés parce qu’étant sous le coup de la menace. (…). La matière du terrorisme méconnaît les règles de compétences juridiques. Vous avez devant vous à juger des faits commis par des Sénégalais à l’étranger mais qui vous en donnent la compétence. Il existe des preuves accablantes contre les accusés pour lesquels des peinent devront être requises contre eux. Par ailleurs, nous n’hésiterons pas à requérir, au besoin, leur acquittement », a défaut de preuve les accablant.

« Penser que le Sénégal est à l’abri de ce mal serait… »
Le procureur a pris plusieurs heures pour montrer que le Sénégal fait aussi l’objet de menace terroriste. « Les faits de terrorisme constituent des défis majeurs du 21 siècle. Il est vrai que le Sénégal n’a pas encore connu d’actes de terrorisme proprement dit, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays quotidiennement déchirés par des actes de violences inouïes. Nous pouvons être amenés à croire que notre pays n’a rien à craindre par ces risques », a-t-il souligné.

Ce, en déplorant quelques manifestations verbales de populations sur cette affaire. « Durant toute la phase de l’instruction de cette affaire, on avait remarqué ce qu’on aurait appelé un déni national. On a même pu voir des manifestations de soutien de part et d’autre. On a entendu même des plus sceptiques dire à la société que l’arrestation (…) est justifiée par la recherche de fonds, s’indigne le parquetier. D’où sa conviction que « penser que le Sénégal est à l’abri de ce mal serait une illusion dangereuse. Parce que, c’est bien sur cette terre menacée où se trouve le Sénégal et non sur une autre galaxie. Dangereuse parce qu’elle nous conduirait à croire ou à négliger les efforts colossaux afin de dénouer l’échafaud sur lequel le terrorisme se renforce », a précisé Aly Ciré Ndiaye.

« Des menaces adressées au président Macky Sall et à l’armée »
À notre avis, « le combat contre le terrorisme ne passe pas, seulement, par les armes ni par le judiciaire. C’est le moment pour nous de remercier les services de renseignements qui ont abattu un travail extraordinaire. (…). La volonté du terroriste est de mourir lâchement avec sa kyrielle de victimes. Aujourd’hui, ces accusés sont renvoyés devant vous pour, entre autres, financement du terrorisme, apologie du terrorisme, blanchiment de capitaux, détention d’arme sans autorisation administrative, association de malfaiteurs ».

Le procureur de la République, devant le juge est revenu en boucle sur les origines de cette affaire. C’est à partir du 7 juillet 2015 qu’était apparu sur le réseau social Facebook une publication venant d’un étudiant qui, sur son mur, a publié des images de combattants Sénégalais morts au combat. Et c’est l’exploitation de ce compte qui a permis de découvrir des menaces adressées au président Macky Sall et à l’armée. Des recoupements faits ont permis, selon lui, de découvrir qu’Abou Hamza Ndiaye, un terroriste, était en rapport direct avec un des accusés nommé Matar Diokhané. C’est ce qui a permis d’ouvrir des enquêtes. Surtout après avoir découvert  » Louange à Allah qui nous a facilité l’Hégire (l’exil) et nous a sélectionnés parmi ses soldats. Je suis en train d’écrire à Satan, au mécréant Macky Sall. Bientôt vous recevrez des messages des soldats d’Allah et à l’armée sénégalaise »

Les investigations menées ont permis de découvrir les connexions de Matar Diokhané et d’Abou Hamza, mais aussi celle de ses épouses, d’Alioune Ndao entre autres. Ainsi, toutes les personnes dont on pensait être trempées dans cette affaire ont été arrêtées, a indiqué le procureur à l’entame de son réquisitoire.

Laisser un commentaire