Pillage des ressources naturelles: Après les autochtones, le MDFC récupère la colère populaire et menace

Pillage des ressources naturelles: Après les autochtones,

0

Un nouveau protagoniste vient de s’immiscer dans le débat sur « le pillage organisé » des ressources naturelles du Sénégal. Plus belliqueux que tous les agitateurs qui se sont interressés aux questions de l’écologie, le MFDC a envoyé un avertissement voilé de menaces aux exploitants du zircon de Casamance et en disant qu’il ne répondra pas de leur sécurité.

 

Les doléances portées par les populations de Fogny, en Casamance, et ignorées -pour le moment- par le gouvernement sénégalais ont eu des échos favorables auprès du bureau politique du MFDC. En réunion, à Bignona, les camarades de Aliou Coly, le responsable local du MFDC, ont fait leurs, les revendications des populations en s’insurgeant contre le pillage des ressources naturelles de la Casamance: sa faune et sa flore.

Pour que nul ne l’ignore, le MFDC a rappelé que « la Casamance était un pays très hospitalier, où l’étranger est roi. Mais maintenant, la Casamance est en guerre. Une sale et inhumaine guerre que le Sénégal lui a imposée. Il y a trop de risques. C’est pourquoi nous craignons beaucoup pour les touristes. » (SIC)

Pas simplement préoccupé par le sort des touristes, dans la région irrédentiste, le MFDC qui s’est dit outragé par la chasse libre organisée, par les étrangers, a dit avoir « horreur de ce qu’ils font dans la vallée de Bakoum, dans le département de Sédhiou, en Casamance. »

Pour être plus explicite, les camarades de Mamadou Nkrumah Sané, le chef du MFDC en exil en France, ont déclaré que « depuis leur arrivée (des Blancs, surtout des Français) à Sédhiou, on entend sans cesse, du matin au soir des tirs de fusils, abattant ainsi tous les oiseaux à leur portée. »

Ces tirs de fusils qui auraient commencé le jeudi 9 février 2017 seraient toujours entendus par les populations du Pakao comme du Boudié. Et le MFDC a déclaré, pour le déplorer, que « ces tirs continuent tous les jours, du matin au soir. »

Se présentant comme les défenseurs de l’écologie dans cette partie du Sénégal, les responsables du Mouvement des Forces de la Casamance ont affirmé que « ces touristes sont en train de tuer tous les oiseaux qui vivent dans la vallée de Bakoum. Et, certaines espèces, très peu nombreuses, risquent de disparaître à jamais dans ces parages. »

Aussi, le MFDC, qui ne compte pas croiser les bras et assister passif à l’extraction du zircon dans le département de Bignona, a demandé aux australiens d’arrêter leur exploitation du minerai dans le secteur de Niafarang. En guise d’avertissement, les indépendantistes casamançais qui ont lancé un appel solennel à la restauration et au respect strict des forêts, de la faune et de la flore casamancaises ont déclaré que « (sa) responsabilité ne saurait être engagée si un malheur arrivait à ces exploitants. »

Dans un communiqué sanctionnant leurs conclaves, tenues à Bignona, le bureau du MFDC a noté avoir toujours dit et répété « dégager totalement ses responsabilités quant aux incidents qui se produiraient sur toute l’étendue de la Casamance de la Falémé à Diogué (Haute, Moyenne et Basse Casamance). »

Pour rappel, la Casamance, région située au sud du Sénégal, est le théâtre d’une guerre civile déclenchée le 26 décembre 1982. Depuis cette date -et malgré la mort et la disparition de milliers de personnes, comme des centaines de déplacés- la Casamance est en proie à une situation de mi paix mi guerre. Et cette guerre qui oppose les enfants du Sénégal avait toujours épargné les étrangers, à l’exemption notoire des couples cave et Gagnaire de Saint Étienne, en France.

Le 6 avril 1995, ces couples de stéphanois, en visite touristique en Casamance, avaient été enlevés sur la route d’Oussouye. Et depuis lors, Claude et Catherine Cave et Jean-Paul et Martine Gagnaire n’ont jamais été retrouvés. Depuis lors, l’Etat du Sénégal et le MFDC se rejettent la responsabilité de leur disparition.

 

Laisser un commentaire