Nulle réconciliation, une vraie, sans vérité. Pas du génie nucléaire à comprendre sauf, manifestement, pour certains.

Cracher sur les Québécois, donc. Mais où ça ? Qui ça ? Parce qu’il est maintenant prohibé d’assurer la lecture, et peut-être analyse, de nos angles morts ? De nos coins sombres ? Mais de qui émane l’abject crachat, quand on y pense ?

L’horrifiante découverte des 215 corps d’enfants autochtones, en Colombie-Britannique, a eu minimalement ceci de bon: sortir quelques consciences humanistes de leur torpeur, là où résident les affres d’un aveuglement volontaire trop aisément commode. Parce que oui, on savait, ou plutôt devait savoir. L’histoire des pensionnats, dégueulasserie sans nom, est aujourd’hui documentée par maints rapports, études et autres récits. L’impact de la surprise, en quelque sorte, n’est que le corollaire de notre propension à regarder ailleurs.

Une bonne chose, donc, façon de parler, que l’électrochoc subi. Non du fait d’une culpabilisation à outrance pour des trucs pour lesquels, finalement, plusieurs d’entre nous n’étions pas encore nés. Plutôt afin de reconstruire, enfin, les bases mêmes d’un édifice vétuste, chambranlant et aux fondations pourries. Nulle réconciliation, une vraie, sans vérité. Pas du génie nucléaire à comprendre sauf, manifestement, pour certains.

Lesquels? Les mêmes que d’habitude, bien sûr.

Ceux qui s’affairent, tel Lucky Luke, à tirer plus vite que leur ombre dès qu’il est question de défendre le bon ti-Québécois de toute attaque potentielle. Telle est, au fond, leur marque de commerce : lécher jusqu’à plus soif le sentiment national; ménager les susceptibilités de l’ego populaire; balancer sur autrui la responsabilité, sinon culpabilité, de toute politique plus ou moins catho; fantasmer en sourdine sur la venue d’un Churchill (de Sept-Îles), d’un Papineau (de Chibougamau) ou, mieux vaut s’y faire, d’un Roberspierre (de Rosemère). Servir, en bref, de bouclier à toute critique. Umberto Eco y verrait, indubitable, les signes avant-coureurs d’un dérapage annoncé.

Cette manie du «c’est pas moi c’est lui!!», pointant du doigt l’État canadien et son méprisable racisme mcDonaldien, participe à une opération qui l’est tout autant (i.e. méprisable): refuser l’introspection, même embryonnaire, au nom d’un orgueil dit national.

Question : à quel point faut-il être le (malheureux) propriétaire d’un micro-zizi afin de se sentir, ô paranoïa, la cible constante de toute remise en question de nos politiques publiques?

L’apothéose de ce qui précède fut atteint lors d’un tweet d’un apôtre-pentecôtiste-du-bock-côtisme qui, dans une attaque à l’égard de Émilie Nicolas, prétendait fallacieusement que celle-ci, dans sa chronique sur l’influence et actions de nos leaders cathos dans le scandale des pensionnats, semblait s’intéresser davantage à « cracher sur les Québécois » qu’à s’émouvoir de l’affligeant sort des 215 enfants. Odieux, bien entendu, ladite chronique ne visant qu’à faire état, preuve factuelle à l’appui, de la participation des Lionel Groulx (et autres hommes-providence) dans cette machination sans nom.

Cracher sur les Québécois, donc. Mais où ça? Qui ça? Parce qu’il est maintenant prohibé d’assurer la lecture, et peut-être analyse, de nos angles morts? De nos coins sombres? Mais de qui émane l’abject crachat, quand on y pense?

Or, ces petites manœuvres cheapettes à cinq sous sont devenues, soyons francs, monnaie courante chez quelques intellos improvisés. C’est ainsi qu’on qualifiera de «militant.es» chaque chroniqueur.es n’adhérant pas à la doxa auto-proclamée par ces haut-parleurs usés et sans envergure, masquant leur inculture par la vieillotte cassette d’un récit national piquée ailleurs. Ceux qui jouissent dans leur short à chaque anecdote woke issue d’un américanisme qu’ils abhorrent pourtant, et très ironiquement, lorsqu’il est question d’enjeux québécois réels.

J’exagère? Ok. Allez leur dire, pour le fun, que vous êtes contre la loi 21. Au motif du droit à l’égalité, par exemple. Prière (sans jeu de mots) de revêtir votre parapluie à marde. Celle qui r’vole d’ordinaire lorsque la nation, bloc apparemment monolithique et unilatéralement défini par leur seule chapelle, se dit assiégée.

 

La suite de cette chronique de Frédéric Bédard, docteur en droit et politologue, se trouve dans le journal MÉTRO du mercredi 09 juin 2021 où elle est parue sous le titre “Cracher sur les Québécois”.

ViaMÉTRO du mercredi 09 juin 2021
SourceMÉTRO
PARTAGER
Article précédentLe massacre autochtone
Article suivantSenegal : 14 morts par accidents en 7 jours
Le Pr Babacar Kanté, ancien juge au Conseil constitutionnel, a soutenu que l’indépendance d’un juge est fondée sur sa morale, son éthique, ses vertus et ses qualités personnelles, ajoutant qu’aucune loi ne peut garantir l’indépendance d’un juge quand il ne veut pas l’être, lors d’un atelier. KEWOULO.INFO . « Les racistes sont des gens qui se trompent de colère. », LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR . “Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons.”, MARTIN LUTHER KING . https://kewoulo.info/quebec-noirs-autochtones-arabes-davantage-cibles-spvm/ Intégrité (LAROUSSE.FR) DÉFINITIONS État de quelque chose qui a toutes ses parties, qui n’a subi aucune diminution, aucun retranchement : L’intégrité du territoire, d’une œuvre. État de quelque chose qui a conservé sans altération ses qualités, son état originels : Conserver l’intégrité de ses facultés intellectuelles malgré l’âge. Qualité de quelqu’un, de son comportement, d’une institution qui est intègre, honnête : L’intégrité d’un juge. https://ricochet.media/fr/3517/affaire-mamadi-iii-fara-camara-une-enquete-tenant-compte-des-problemes-systemiques-simpose SOYEZ VIGILENT DANS CES "TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS GRANDS ÉTATS DE DROIT" OÙ REIGNE UN RACISME SYSTÉMIQUE ÉXUBÉRANT ANTI-MINORITÉS RACISÉES DANS LE SYSTÉME DE JUSTICE, UN SYSTÉME DE JUSTICE QUI NE MANQUE PAS DE GÊNE DE FAIRE DE LA VICTIME RACISÉE LE BOURREAU ET LES BOURREAUX DES PACHAS. https://ricochet.media/fr/3517/affaire-mamadi-iii-fara-camara-une-enquete-tenant-compte-des-problemes-systemiques-simpose Cette vision agit comme « […] un filtre inconscient de la preuve qui permettra de « monter un dossier » contre un suspect, tout en écartant, négligeant ou en supprimant des éléments de preuve tendant à innocenter ce même suspect ». Elle touche tous les intervenants judiciaires, dont les policiers et les procureurs de la Couronne, en leur permettant de fonder leurs décisions sur des raccourcis mentaux. Le « préjugé de confirmation » fait partie des mécanismes qui sous-tendent cette vision en renforçant une perception tronquée de la réalité. Sans compter que les préjugés, conscients ou non, s’infiltrent dans l’interprétation des faits et de la preuve. C’est ainsi que le racisme implicite et systémique entre en jeu, mettant en péril la notion de présomption d'innocence, principe fondamental en vertu de la primauté du droit. Panique morale et pressions institutionnelles renforçant la vision tunnel Alors que la victime du crime est un policier, lorsque les enquêtes policières visent des personnes noires, racisées, marginalisées ou autochtones, cela peut mener à une certaine panique morale qui met en péril toute réflexion rationnelle. Lorsqu’un incident se produit, ces personnes se voient attribuer arbitrairement la responsabilité des torts. Ces personnes étant socialement marginalisées et stigmatisées, la société et les institutions se mobilisent facilement contre elles. À plus forte raison, lorsque les policiers sont soumis aux pressions médiatiques ou institutionnelles portées par les demandes du public, qui requièrent l’identification rapide d’un suspect. Cela a pour effet de renforcer la vision tunnel. On est à même de constater l’importance des garanties procédurales et institutionnelles lors de l'enquête et du dépôt des accusations. Rappelons que le procureur de la Couronne exerce un rôle quasi judiciaire, qui lui impose de rechercher la vérité et non d’obtenir une condamnation. L'utilisation pondérée du pouvoir discrétionnaire est donc au cœur du système de justice pénale. Or, les procureurs ne sont à l’abri ni de la panique morale, ni des pressions institutionnelles, ni de la vision tunnel. L’histoire judiciaire nous apprend que cette vision a eu des effets dévastateurs dans plusieurs cas ayant mené à des commissions d’enquête dans les dossiers de condamnations injustifiées de Donald Marshall Jr l, Guy-Paul Morin, David Milgaard, Thomas Sophonow et James Driskell, personnes racisées (Autochtones). Dans ces dossiers, tous les procureurs de la Couronne étaient pourtant des avocats expérimentés. Fait d’autant plus inquiétant, la Cour suprême du Canada a reconnu à maintes reprises la présence du racisme à l’endroit des personnes noires et Autochtones au sein de la société et du système de justice pénale. L’expérience des procureurs de la Couronne et le fait qu’ils occupent une haute position hiérarchique ne permettent pas d’inférer qu’ils comprennent le racisme systémique et ne les préservent pas des œillères de la vision tunnel. En 1989, la Commission royale d’enquête dans le dossier Donald Marshall Jr., un Autochtone condamné à tort pour un meurtre, avait conclu que l'enquête policière semblait avoir pour but de rechercher uniquement des éléments de preuve inculpatoire sur le meurtre et d'écarter l’ensemble des autres preuves disculpatoires. Les trois commissaires avaient conclu qu'une des raisons pour lesquelles Donald Marshall Jr. avait été reconnu coupable et avait passé onze ans en prison pour un crime qu'il n'a pas commis, c’est parce qu’il était un « Indien ». ricochet.media . https://kewoulo.info/quebec-liberte-academique-droit-a-linjustice-racisme-a-violence-systemique/ SOYEZ VIGILENT DANS CES "TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS GRANDS ÉTATS DE DROIT" OÙ LE SYSTÉME DE JUSTICE A MENTI, A TRICHÉ, MENT ET TRICHE POUR NUIRE À UN NOIR ET UN ÉTRANGER (expérience). https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1802520/genou-spvm-police-montreal-george-floyd-enquete Soyez vigilent dans ces pays où la police est RACISTE, RACIALISTE ET MALICIEUSE vis-à-vis des autochtones, des noirs, des arabes, etc. https://www.youtube.com/watch?v=6-hl_HKLUMQ Fabrique de preuve, MAQUILLAGE DE CRIMES, Montages, Manipulation, Combines, Mensonge, Tricherie, Utilisation et MOBILISATION des services de l`état dans de la criminalité, REFUS D`ALLER À UN PROCÈS OUVERT AU PUBLIC DÈS LORS QUE LE DOSSIER EST GÉNANT POUR LA JUSTICE "TRÈS TRÈS TRÈS INTÉGRE, TRÈS TRÈS TRÈS INDÉPENDANTE, TRÈS TRÈS TRÈS IMPARTIALE, TRÈS TRÈS TRÈS NEUTRE ET TRÈS TRÈS TRÈS ÉTHIQUE", etc.

4 Commentaires

  1. Les pensionnats autochtones ont été mis en place et gérés ………… à partir des années 1830 jusqu`à 1996.

    Quelque 150 000 enfants autochtones, inuits et métis ont été enrôlés de force dans les 139 pensionnats au pays.

    Au Québec, on compte une douzaine d`établissements qui ont été actifs dans la province durant une cinquantaine d`années, à compter des années 1930. 24 HEURES MONTRÉAL .

    https://kewoulo.info/canada-restes-de-215-enfants-autochtones-retrouves-site-dun-pensionnat/

  2. Canada : la police a incité un couple à commettre un attentat

    https://oumma.com/canada-la-police-a-incite-un-couple-a-commettre-un-attentat/

    Attentat à Québec: Alexandre Bissonnette ne sera pas accusé de terrorisme

    https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/201710/02/01-5138592-attentat-a-quebec-alexandre-bissonnette-ne-sera-pas-accuse-de-terrorisme.php

    Deux ex-étudiants acquittés d’accusations de terrorisme

    https://www.journaldemontreal.com/2017/12/19/terrorisme–sabrine-djermane-et-el-mahdi-jamali-acquittes-sur-presque-tout

    Les accusations terroristes et les fabriques terroristes ne visent-elles pas principalement la minorité religieuse ciblée par la police raciste, racialiste et minoritésRaciséesPhobes des blancs ?

    https://www.985fm.ca/nouvelles/faits-divers/403158/est-ce-que-le-drame-a-london-est-un-geste-terroriste-c-est-plus-facile-de-prouver-des-accusations-de-meurtres-au-premier-degre

  3. intégrité

    https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/int%C3%A9grit%C3%A9/43543#:~:text=%C3%89tat%20de%20quelque%20chose%20qui%20a%20conserv%C3%A9%20sans%20alt%C3%A9ration%20ses,’int%C3%A9grit%C3%A9%20d’un%20juge.

    DÉFINITIONS

    État de quelque chose qui a toutes ses parties, qui n’a subi aucune diminution, aucun retranchement : L’intégrité du territoire, d’une œuvre.

    État de quelque chose qui a conservé sans altération ses qualités, son état originels : Conserver l’intégrité de ses facultés intellectuelles malgré l’âge.

    Qualité de quelqu’un, de son comportement, d’une institution qui est intègre, honnête : L’intégrité d’un juge.

Laisser un commentaire