Nianing : Noo lank condamne les actes d’agression envers la délégation du Frapp

Nianing : Noo lank condamne les actes d'agression envers la délégation du Frapp

Le collectif Noo lank a condamné de la « manière la plus énergique » les actes d’agression envers la délégation du Frapp qui s’est rendue à Nianing (dans le département de Mbour) pour se concerter avec des acteurs locaux sur les actes de « spoliation foncière » du maire Maguette  Sène, actuel directeur du Coud.

« Il est important de rappeler que cette délégation n’avait entrepris aucune action de manifestation et est parfaitement en droit et même en devoir de s’enquérir des problèmes qui lui sont soumis par les populations locales en se rendant sur place. Frapp a ainsi adopté une posture responsable, légale et parfaitement conséquente », a dit le collectif dans un communiqué.

De ce point de vue, les responsables dudit collectif, rappelle que « le maire, qui est une autorité publique, aurait dû avoir une posture tout aussi respectueuse face à l’implication d’une organisation de la société civile interpellée par ses administrés sur une question relevant de sa localité ».

Du reste,  un maire, disent-ils, qui n’a rien à se reprocher ne serait pas gêné par une telle démarche et n’aurait pas besoin de mener une opération d’intimidation sur Guy Marius Sagna. Mais, contrairement à ses objectifs, « cette agression invite l’opinion nationale et la société civile à s’intéresser davantage à ses opérations sur le foncier ».

Face à une telle situation, Noo lank exprime tous ses encouragements à Frapp et l’invite à rester encore plus engagé dans la défense des intérêts des populations, sur la question foncière en particulier qui est devenue le fonds de commerce de beaucoup de maires, sous la « caution implicite d’un chef de l’Etat » qui reconnait le sérieux de la question tout en restant « inerte, incapable de tenir en laisse ses chiens de garde dont le directeur du Coud, Maguette Sene ».

Pour Noo Lank, « la banalisation des nervis comme bras armés des tenants du pouvoir pour casser des citoyens, opposants et manifestants de la société civile est un serpent de mer qui pourrait mener à des affrontements aux conséquences fatales ». Et comme toujours, le pouvoir marquera ensuite « sa non responsabilité ». C’est pourquoi Noo lank invite la gendarmerie et les autorités territoriales à « assumer plus sérieusement leur mission de protection des citoyens, quel que soit leur camp ».

Laisser un commentaire