Négligence et maltraitance dans les daaras : 16 talibés morts entre 2017 et 2018 (Rapport, HRW)

La situation sur la maltraitance des enfants talibés est très préoccupante selon Human Rights Watch et la Plateforme pour la promotion et la protection des droits de l’homme (Ppdh), qui chiffrent à 16 le nombre de talibés morts dans les daaras, entre 2017 et 2018.
En effet, dans un  rapport de 91 pages intitulé : « ‘La place de ces enfants n’est pas dans la rue’ : Une feuille de route pour mettre fin à la maltraitance des talibés au Sénégal », l’organisation note que ces enfants sont soit victimes de mauvais traitements, de négligence ou mise en danger. Et l’Etat du Sénégal est indexé dans sa politique de protection des enfants talibés.
Corinne Dufka, directrice adjointe de la division Afrique de Human Rights Watch: « Les enfants talibés ont été ouvertement et tragiquement négligés, exploités et maltraités, et le gouvernement n’a tout simplement pas fait assez pour arrêter cela». 
Non sans inviter le gouvernement à « prendre des mesures audacieuses, concrètes et durables pour mettre fin aux souffrances endurées par de nombreux enfants dans les daaras du Sénégal. »
A en croire HRW, le gouvernement sénégalais n’a pas été assez loin pour lutter contre les abus, l’exploitation et la négligence chroniques et généralisés dont sont victimes des milliers d’enfants talibés vivant dans les écoles coraniques traditionnelles,
Selon ledit rapport, au cours des recherches menées en 2018 et 2019, Human Rights Watch et la PPDH se sont rendus dans quatre régions du Sénégal, ont visité 22 daaras et 13 centres d’accueil pour enfants, et ont interrogé plus de 150 personnes, dont des enfants talibés, des maîtres coraniques, des travailleurs sociaux, des spécialistes de la protection de l’enfance, des agents de la police, des fonctionnaires de justice, et des représentants du gouvernement et de l’ONU, entre autres.
Le même document d’indiquer qu’ au moins 29 maîtres coraniques ou leurs assistants ont été poursuivis pour abus contre des enfants entre 2017 et 2019, entraînant au moins 25 condamnations, dont 8 pour traite des personnes. Cependant, le total reste faible par rapport à la nature généralisée des abus.

Laisser un commentaire