Nécrologie: Ousmane Coly, ce jeune homme qui rêvait d’un Sénégal débarrassé de coup de feu

Nécrologie: Ousmane Coly, ce jeune homme

C’était d’abord un jeune compatriote qui militait dans un parti politique sénégalais. Je l’ai croisé en de nombreuses occasions dans des rencontres organisées par le Pds. Ou par l’opposition sénégalaise, à Paris.

Je le saluais cordialement, sans haine ni admiration, comme je le fais avec tous les acteurs politiques de la diaspora. Et, un jour, alors que j’avais pris rendez-vous avec Ibou Coly, je découvre le même jeune fanatique du Pds debout, sur les Grands Boulevards de Paris, agitant sa ma main droite en signe d’invitation à le rejoindre dans un café. Je connaissais l’intérêt que Ibou Coly accordait aux questions politiques, je venais ce jour-là de découvrir la curiosité, la soif et la volonté de Ousmane Coly à changer, à défaut du monde, son pays.

On avait prévu que la rencontre devait nous prendre une demie heure, tout juste. On est resté 4 heures à discuter du Sénégal. De notre devoir historique de servir ce pays qui nous a tout donnés. De notre responsabilité, civique, de croire que, au delà de nos échecs ou de nos réussites individuelles, c’est la paix et la quiétude du Sénégal qui doivent nous préoccuper. Ousmane Coly était très jeune et voulait que nous, ses ainés, soyons les ambassadeurs de la paix, au Sénégal. Il est né et a grandi à Bignona. Et l’étudiant libéral de Paris voulait qu’on dise au monde qu’on ne veut plus de guerre ni en Casamance ni en Gambie.

Je connaissais Ibou, je venais de découvrir Ousmane Coly. Et au sortir de cette rencontre riche en émotions, dans cette Paris grise d’un soir de décembre 2016, je lui ai promis de faire entendre son cri de coeur au peuple sénégalais. Il s’est engagé à être là à mon retour de reportage en Gambie. On s’est promis de nous battre pour que les Sénégalais arrêtent de se haïr ou de s’entretuer, en Casamance. Nous nous étions promis de nous retrouver pour monter une fondation qui ne parlera que de paix. Rien que de la paix. Et voila que -au moment où nous avons le plus besoin de lui- il nous abandonne à nos incertitudes sur l’avenir de ce pays.

Nous avions promis de dire au monde le drame oublié des villageois de Bissine. Nous avions porté beaucoup d’espoirs en Ousmane Coly; parce que de nous trois, il était le plus jeune, le plus déterminé -parce que le plus frais- pour engager ce devoir de mémoire. Un travail qui demande beaucoup de patience, d’endurance et d’abnégation. Hélas, mille fois hélas, nous allons devoir faire sans lui. Ousmane Coly est décédé ce 23 janvier 2018 à Paris. Qu’Allah t’accorde les meilleurs jardins du paradis.

Laisser un commentaire