Monstrueux ! La chronique de Kaccor Bi sur l’émigration clandestine

On leur promettait l’Eden, une vie meilleure, des lendemains qui chantent avec des emplois en veux-tu en voilà. Las d’attendre, ils voient l’avenir obstrué, la vie en pointillés. Rien à l’horizon ! Le cynisme est maintenant de venir devant les gens pour leur dire que le pays n’a pas de problèmes liés au chômage. C’est évidemment monstrueux de tenir de tels propos. Il y a de ces discours qui agacent au lieu d’être apaisants. Il n’y a rien de honteux à compter des chômeurs dans son pays.

Aucun Etat au monde ne peut prétendre avoir réalisé le plein-emploi. A entendre un des jeunes candidats à l’émigration déclarer devant une télévision locale qu’il a zéro espoir de sortir ses parents de leur situation en restant ici, on sent tout le mal que vivent ces jeunes. Dans chaque foyer, on peut voir deux ou trois personnes inactives. Ce n’est pas qu’elles n’ont pas un métier, mais elles peinent tout simplement à trouver un emploi. C’est ça le véritable problème de ce pays où les autorités ont le fétichisme des chiffres qu’elles ne brandissent que quand ça les arrange. Des chiffres qu’elles contestent vigoureusement quand ils viennent montrer leur carence.

L’argument de l’employabilité est également indéfendable. Le mal du pays, ce sont des politiques inopérantes conçues par des gens qui sont loin du terrain. On aura beau nier l’existence d’un chômage ou d’une extrême pauvreté, les faits sont là. La pauvreté saute aux yeux ! C’est justement le fait de refuser de la voir qui exaspère. Il nous faut humaniser cette société. La rendre plus juste et honnête par des actes. Les seuls qui sont porteurs de vérité. La parole n’étant que mensonge !

Refuser cette réalité d’un chômage et d’une extrême pauvreté des ménages nous parait monstrueux face à des politiciens qui étalent un train de vie insolent après avoir accaparé à leur profit et celui de leurs proches toutes les (maigres) ressources de ce pays. Et demain, l’orage surprendra !

Par Kaccor Bi, Le Témoin

Laisser un commentaire