« Si je mets la main sur l’individu qui a mutilé mon enfant… », crie la maman de K. Sané

    "Si je mets la main sur l'individu qui a mutilé mon enfant..."

    "Si je mets la main sur l'individu qui a mutilé mon enfant...", crie la maman de K. Sané

    Elle a vécu une folle journée, le 19 avril 2018. Elle est la mère de K. Sané, dont le pénis a été complétement amputé. C’est alors qu’elle était au marché de Thiaroye pour faire ses courses que son téléphone a sonné.

    Au bout du fil, une voix tremblante la supplie de rentrer : « il est arrivé quelque chose à votre fils, venez vite », lui dit son interlocuteur.  Awa Biaye l’a racontée à l’observateur : » j’ai immédiatement affrété un taxi charrette et je suis rentré. Mon enfant était déjà évacué à l’hôpital général de Grand-Yoff.

    Quand je l’ai retrouvé sur son lit d’hôpital j’ai longuement pleuré. Les médecins ont posé deux sondes au bas-ventre pour lui permettre de pisser. L’individu lui a coupé tout le pénis. Je vous assure que si je mets la main sur cet homme, il n’ira pas en prison, c’est moi qui irai à sa place, car je n’hésiterais pas un seul instant à le tuer. »

    « Nous avons besoin d’être soutenues, nous n’arrivons pas à acheter les ordonnances »

    Nous sommes toutes les deux des laveuses de linges. Nos maris ne sont pas mieux lotis. Nous craignons beaucoup pour nos deux enfants qui, en plus de devoir supporter ces mutilations toute leur vie, vont être secoués psychologiquement.

    Cet individu ne mesure pas le tort incommensurable qu’il a fait à nos fils… »

    Laisser un commentaire