Meeting de l’APR de Pikine: L’évocation du nom de “Ousmane Sonko” a causé une bagarre générale

L’appel au «rassemblement général» des responsables de l’APR à Pikine n’a pas été suivi à la lettre. Si ailleurs la “réplique” au «8 mars des Patriotes», qui ont mis Dakar sens dessus-dessous, pour exiger la libération de «Ousmane Sonko» et des «otages politiques», s’est tenue sans anicroche, à Pikine, dans le fief de Abdou Karim Sall et Abdoulaye Timbo, l’oncle du président Macky Sall, les choses ne se sont pas passées comme l’ont voulu les initiateurs de la rencontre.

Entre Abdou Karim Sall  et les militants de Benno Bokk Yaakar  Pikine, le divorce semble consommé. Et rien ne prédit qu’une nouvelle tentative de conciliation puisse y faire quelque chose. Considéré jusque-là comme «le responsable politique le plus proche de sa base», Abdou Karim Sall est devenu aujourd’hui l’absent le plus présent du département. Alors que l’homme avait gardé une certaine proximité avec les populations pendant tout son mandat à l’ARTP et son opération de charme à l’endroit du chef de l’Etat pour occuper un strapontin ministériel, celui qui, désormais, occupe les fonctions de ministre de l’environnement a, aussitôt nommé, coupé les ponts avec ses soutiens d’hier.

Et, alors que tout le monde avait décrié cette pratique propre des gars de Macky Sall -qui n’utilisent les gens que pour en faire des escaliers-, voilà qu’Abdou Karim Sall et sa clique ont décidé de se rappeler de leurs ouailles d’hier. Leur bétail électoral ou de propagande. Ce dimanche, ils étaient à Pikine pour sonner le rassemblement général, une prise d’armes pour faire face au M2D et au Front de Résistance Nationale. Un rappel des troupes égarées ou abandonnées depuis la dernière présidentielle et sonner la grande mobilisation pour venir faire face aux hordes de Ousmane Sonko. Ce dimanche, à peine le coordinateur de Benno a évoqué le nom de Ousmane Sonko, pour dire qu’il ne faisait pas peur à l’Etat, qu’une grosse désapprobation s’est fait entendre dans la foule.

Des insultes ont fusé. Et alors que les gros bras du ministre ont pensé pouvoir calmer les esprits que des coups ont commencé à pleuvoir en même temps que des cailloux. Du coup, chaises, tables, chaussures, greffages, béquilles, tout a été utilisé comme arme. Pour ces militants de l’APR, Abdou Karim Sall et les siens n’ont pas compris le message que le peuple a adressé ce 8 mars au régime. “Nous sommes contre l’injustice, contre l’arrogance de nos dirigeants, contre leur mensonge” a fait savoir Moussa Ndiaye, un des participants qui a fait parvenir à Kéwoulo l’unique vidéo du comeback raté d’Abdou Karim Sall. Pour un homme “coupable de trahison” envers ses bases politiques et responsable de la mort des 6 oryx qu’il avait frauduleusement enlevés de leur milieu naturel, une affaire jusque-là pas instruite, les populations de Pikine pensent que Abdou Karim Sall est très mal placé pour parler de dossier judiciaire et de justice.

“Il s’est servi de nous pour arriver à ce poste. Aujourd’hui, il a coupé les ponts avec ses soutiens d’hier. La permanence qui était toujours remplie, même s’il ne nous faisait que des promesses jamais tenues, est aujourd’hui pratiquement fermé.” Ont regretté de nombreuses personnes qui ont tenté d’expliquer la distance qui sépare le ministre de ce qu’il appelait “(sa) base.” Dispersé dans le chaos et le sauve qui peut, le rassemblement raté de Pikine sonne comme un avertissement que les responsables politiques du régime ne semblent pas considérer à sa juste mesure. Pour sa part, Abdou Karim Sall qui a été contacté par Kéwoulo a fait savoir que “aucun élément de Sonko n’était sur dans la foule.”

Comme s’il devait couper court à cette rumeur qui voudrait que ce soient des pro Sonko qui auraient semé le trouble au cours de leur meeting, le ministre de l’environnement a déclaré que “ce sont des jeunes arrivés en retard qui ont causé cette bagarre. Parce qu’on leur a interdit l’accès au présidium.” Ironie du sort, ce sont ces même jeunes –à ne surtout pas confondre avec les terroristes et autres forces occultes envoyés en mission à Dakar-  qui, pour le plaisir de ce même Abdou Karim Sall, avaient empêché le Premier ministre, Boun Abdallah Dione de prendre la parole lors du meeting du stade Amadou Barry de Pikine, lors de la présidentielle 2019. Ce jour-là, des responsables de Benno du département de Pikine s’étaient ligués contre “l’activisme débordant” du directeur général de l’ARTP et avaient décidé de le réduire au silence lors de l’étape banlieue de la tournée du candidat Macky Sall. Comme quoi, l’histoire a une drole de manière de se rappeler aux survivants.

Laisser un commentaire