Malaise à l’UGB : le silence se brise entre étudiants et administrateurs

    Malaise à l’UGB

    Texte alternatif de la bannière

    Le coordinateur des étudiants de Saint Louis, Daouda Sané, est revenu sur la grève des étudiants de l’Ugb. Il réfute les accusations des autorités les tenant responsables des bureaux de l’administration souillés, le porte parole est revenu sur leur différend avec les autorités de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.


    Selon le président, « la coordination des étudiants a toujours prôné pour le dialogue comme stratégie de revendications et à cause de nos dirigeants, qui ne respectent aucun engagement, nous vivons une situation de précarité extrême. Nous avons entamé des discussions depuis le mois de janvier dernier et jusqu’à présent rien à changer.

    En mouvement depuis un certain temps, les étudiants de Gaston Berger ont décidé de se faire entendre. Une assemblée générale fut convoquée avant de barrer la route nationale. Au menu des complaintes : « depuis février, certains de nos camarades n’ont pas reçu leur bourses. Plusieurs revendications, dont la question des eaux usées et le problème des étudiants qui marchent près de huit kilomètres pour rejoindre le campus scolaire et la non réfection du campus comme promis par les autorités, restent insatisfaites », se désole Daouda Sagna, coordinateur du CSL.

    Et malgré le manque de moyen pour réfectionner les lieux d’habitat des étudiants, les autorités ont procédé à un changement radical des bureaux de l’administration. Dans leur mouvement de grève, les étudiants informent qu’ils ont rencontré les responsables au niveau du rectorat mais aussi les autorités religieuses de la commune de Saint-Louis sur leur condition de vie.

    « Nous avons contacté les responsables au niveau de la société sénégalaise des eaux (SDE) même la société chargée de l’assainissement, Onas, a été contactée afin d’apporter une solution face aux eaux usées devant les bâtiments et les restaurants », charge le coordinateur, M. Sagna.

    Pour ce qui est des logements, les étudiants de l’UGB affirment avoir rencontré l’ingénieur en bâtiment qui avait donné un dernier délai, durant le défunt mois de février. « Nous sommes huit étudiants par chambres. Et nous dormons dans des conditions difficiles », révèle Daouda.

    Comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase, les eaux usées se déversent devant les chambres et les étudiants sont obligés de respirer l’odeur nauséabonde. Le temple du savoir a donc fini par être le nid des moustiques. Dans presque toutes les chambres, il y a des moustiquaires autour des lits pour éviter leurs piqûres.

    C’est pour tous ces problèmes, que les étudiants de Saint louis ont convoqué une assemblée générale afin de dénoncer et voir les solutions. Et pour se faire entendre, les étudiants ont barré la route nationale et se sont servis des eaux usées qu’ils déverseront devant le bâtiment administratif. Ils balaient d’un revers de la main les accusations de menace et de saccage portées à leur encontre.

    Ils signalent aux membres du Saes qu’ils n’ont fait que suivre leur pas : « au cours de leur manifestation, les membres du Saes sont montés au créneau et devant les télévisions, ils ont mis le feu au niveau de la nationale. Comme réponse ,ils ont  dit que c’était symbolique » , a ironisé le coordinateur.

    « Nous aussi, nous avons réagi de manière symbolique devant leur bureau. Nous demandons aux enseignants de savoir raison gardée car nous ne serons jamais intimidés par qui que ce soit. Nous sommes aussi autonomes que leur organisation, et pourquoi demander la dislocation de la nôtre. Nous ne reculerons jamais devant la menace des membres du Saes »

    Laisser un commentaire