Madické Niang, la dernière victime d’une longue liste : à qui profite le K-RIM ?

Madické Niang, la dernière victime

« …pour le gouvernement de majorité présidentielle élargie…en 1995…les principaux négociateurs furent Me Madické Niang et Ousmane Tanor Dieng », a révélé Abdou Diouf dans ses mémoires publiés en 2014.

C’est désigner un lieu commun que d’attester que l’avocat, qui fut également au cœur des pourparlers secrets préalablement à la libération de Karim en 2016, jouait un rôle très stratégique dans l’entourage de premier cercle du pape du Sopi. Ainsi, il est légitime de se demander comment le torchon a pu brûler entre le secrétaire général du Pds et celui qui peut être considéré comme le dernier Mohican, si on se fonde sur l’ordre protocolaire d’avant 2000, après Idrissa Seck, Pape Diop et Aminata Tall.

En réalité, depuis vendredi passé, après que le journal Les Echos a annoncé une fronde au Pds, relativement à la perspective de l’invalidation de la candidature de Wade-fils, il nous est revenu qu’un proche de ce dernier a appelé des lieutenants de Madické pour des remontrances. En d’autres termes, l’ex-ministre des Affaires étrangères était soupçonné de manœuvrer en sous-sol pour prendre la place du « fils de » au soleil.

Nous devons aussi à la vérité de préciser que Me Niang, pourtant présenté par Wade comme son numéro 2 pas plus tard que lors de la dernière édition du Grand Magal de Touba à l’occasion d’une réception chez le khalife général des Mourides, a, entre temps, perdu de la bouteille au profit de Babacar Gaye qui est revenu discrètement en force.

Pour reparler de la lettre attribuée au Président Abdoulaye Wade ce jour, un fait a attiré notre attention : d’habitude, l’ancien président de la République ne se sépare pas d’un collaborateur en constatant la rupture par écrit. Il affectionne le registre oral, usant d‘un wolof profond du Ndiambour pour mieux maudire les déshérités. De Serigne Diop à Pape Diop, en passant par Ousmane Ngom et Idrissa Seck, des phrases assassines ont ponctué le divorce quand il fallait quitter la Wadie, à défaut d’une résolution dictée au comité directeur.

Nous avons découvert chez « le père du libéralisme africain » ce style froid dans la foulée de l’exclusion de Pape Samba Mboup et Farba Senghor. Au lendemain de la déclaration de candidature de Samuel Sarr, qui se présentait comme son héritier, la même méthode fut utilisée. Un perspicace lecteur de Dakaractu a pu remarquer les formules religieuses clôturant la lettre de ce lundi. Comme par hasard, elles portent la marque des textes signés du néo-arabophile Karim Wade. Qui plus est, le faible niveau de langue qui y est en usage est indigne du background universitaire de l’agrégé. Toutes choses qui renseignant amplement sur la paternité du document.

En définitive, l’ex-leader de la Génération du Concret continue à faire le vide autour de son père. Vide qui pourrait se creuser davantage si, ainsi que le pensent les cancans parlant de Boubacar Camara et consorts, le plan B est inconnu du bataillon.

Avec DakarActu

Laisser un commentaire