Chronique: Madické Niang, l’éternel pestiféré de la wadystie

Chronique: Madické Niang, l'éternel

Cet extrait du livre « Le triomphe de l’imposture, enquête sur l’énergie au Sénégal » du journaliste-écrivain, Babacar Touré, est à quelques acteurs près, le récit vaudevillesque de la disgrâce dont Me Madické Niang a fait l’objet auprès du président Abdoulaye Wade. En 2006, sur instigation de Karim Wade et de Samuel Sarr, Me Madické Niang avait été publiquement humilié au palais de la République au point de s’évanouir devant l’entourage du président.

«Un politicien ne peut faire carrière sans mémoire, car il doit se souvenir de toutes les promesses qu’il lui faut oublier

Frédéric Dard

   Dans la soirée du 14 Octobre 2006, en allant se coucher, les Sénégalais, faute d’avoir un morceau de bougie, se servent de leur cinquième sens pour retrouver le lit. Qu’ils l’aient dit ou pas, ses compatriotes, comme s’ils donnaient encore du crédit à la parole de Wade, s’arc-boutaient à la nouvelle promesse du pape du Sopi. Wade l’a promis, et contrairement aux dernières et nombreuses promesses jamais tenues, il avait fait le vœu et s’était engagé devant le peuple à faire cesser les coupures d’électricité au lendemain du 15 octobre. Mais, comme avec le Tramway, le projet Yakalma, le kilogramme de riz à 100F, la banque qui devait prêter de l’argent aux célibataires afin qu’ils puissent se marier, le train à grand écartement, le tunnel sous la Gambie pour relier la Casamance au reste du Sénégal, ses compatriotes se sont réveillés avec la langue de bois. Une fois de plus, le vendeur d’illusions ne trahira pas sa réputation.

Malgré les engagements de Wade, les Sénégalais se réveilleront sans électricité. Furieux, Macky Sall, qui avait senti qu’il était dans la ligne de mire des jeunes loups aux dents longues, appelle le président et demande la tête de Samuel Sarr. Madické Niang aussi entre dans la danse. Conseiller du Président, un témoin raconte:

  • «Madické a menacé de partir du gouvernement si Samuel Sarr n’est pas débarqué de son poste de directeur de la Sénélec».

En effet, voulant faire tenir au chef de l’Etat sa promesse, Madické Niang et Macky Sall s’étaient battus sur tous les fronts pour trouver des accords avec tous les partenaires de la Sénélec, notamment GTI. Mais, embourbé dans son entêtement et aveuglé par sa volonté de liquider un partenaire gênant, Samuel, soutenu par ses amis proches du président, ne veut, pour rien au monde, reprendre les 35 MW de GTI. Et contre la volonté de Madické et du Premier ministre, il envoie tout ce beau monde paitre. Ne pouvant continuer à cautionner l’insubordination de son directeur de société, Madické Niang perd les pédales et s’en ouvre à son ami Macky Sall. Se sentant désarmé devant la fougue et la détermination de Samuel, le Premier ministre appelle le président et lui expose le problème. Wade n’en croit pas ses oreilles, il appelle Samuel Sarr et lui dit:

  • «Sam va voir Macky, chez lui, et trouvez-moi une solution à cette crise énergétique tout de suite!».

Au moment où Samuel, chargé de documents, se rendait chez Macky Sall, le maire de Fatick joint Me Madické Niang au téléphone et l’invite à venir «en toute urgence» à son domicile. Avant l’arrivée de Samuel, les deux hommes se concertent et précisent leur stratégie. Pour leur montrer son dédain et son mépris, Samuel Sarr met plus d’une heure à se rendre au domicile du Premier ministre. À en croire des sources proches du palais, «c’est Wade qui l’a rappelé, une nouvelle fois, pour lui intimer l’ordre de se rendre chez Macky».

– «Mais, soutient un ami de Sam, dès que Samuel rentre chez Macky Sall, Me Madické Niang l’attaque sur son comportement irrévérencieux à son égard. Et il poursuit, comme s’ils s’étaient passé le mot, Macky Sall en fait de même. Surpris par ces tirs de barrage, Samuel recule et leur balance des documents qui font mal, des cris et des insultes fusent de partout.»

  • «Insulté et humilié, Samuel leur a balancé aux visages son statut social de gër. Il a traité l’un de gueweul, griot, et l’autre de diaam, esclave », rappelle un témoin.

Ensuite, non content de s’en prendre à eux sur ces considérations d’un autre âge, il quitte la maison en claquant la porte. À bord de son 4X4, il se dirige vers le palais et va voir le président Wade pour lui remettre sa démission.

Pourtant, aujourd’hui encore, comme aux heures chaudes de leur collaboration Madické Niang refuse d’émettre le moindre avis sur son «frère Sam». Et l’un des rares commentaires qu’il eût fait en public au sujet de Samuel est celui-ci:

– Vous savez, Samuel est un jeune frère et, au-delà de cette relation, j’ai eu à le défendre. Il y a eu, c’est vrai, des incompréhensions entre nous. Dès que le Président a pris connaissance de ces différends, il nous a appelés. Et il a dit à Samuel qu’il ne voulait pas le plus petit grain de sable entre nous, et que l’on devait même verser dans une complicité positive. Cela a été une très bonne chose, car depuis ce jour-là, il y a une bonne compréhension entre nous sur beaucoup de choses. Pour l’essentiel, je donne des instructions qui sont respectées. J’ai fait de sorte que la Sénélec prenne en compte les objectifs pour faire face aux exigences du peuple sénégalais en matière de couverture électrique. »

Si pour Me Madické Niang, cette affaire n’avait jamais existé, pour le nouveau jeune et fringuant ministre de l’Energie, par contre, il y a bel est bien eu une entente pour le débarquer. Pendant sa descente aux enfers, il jurait à qui voulait l’entendre, dans son ex-cabinet de Consulting situé aux Almadies, que «le 15 Octobre il avait, lors de cette fameuse réunion nocturne qui a conduit à son débarquement, mis le Premier ministre, Macky Sall, et Madické Niang devant leurs responsabilités.»

Il leur avait mis, «sous le nez, les preuves de leur duplicité qui a conduit à la situation de crise énergétique, celles de ses alertes permanentes sur le problème d’absence de politique énergétique du Sénégal dont ils sont comptables.» Il avait déclaré, aussi, avoir mis en évidence les preuves des difficultés financières de la Sénélec, plombée par le combustible, celles du mauvais état du réseau électrique etc. Il disait aussi avoir les preuves de la volonté des pétroliers de vouloir tuer le pays. C’est pour cette raison que, comme son «père et modèle» Abdoulaye Wade, il a été obligé de leur faire la guerre.

  • «Mais, disait-il, au lieu de m’aider Macky Sall et Me Madické Niang sont restés silencieux. »

Furieux, il leur avait toujours balancé: «Vous êtes mal placés pour me demander des comptes.»

Dès le lendemain de cette «démission arrangée» qui aurait, selon Souleymane Jules Diop, coûté 400 millions de Francs CFA- alors que la société ne pouvait plus acheter une seule goutte de pétrole-, le golden boy prend place dans l’avion de commandement du Sénégal, en compagnie de son patron, pour se rendre dans les pays arabes où il devait négocier quelques barils de pétrole pour le Sénégal. En venant à la Sénélec, à en croire ses propres aveux, Samuel aurait trouvé «une Sénélec malade avec 17 milliards d’arriérés de paiement, 12 milliards de déficit, 22 milliards d’encours, des gens de qualité qui étaient démotivés.»

En partant de la direction de la Sénélec, l’actuel ministre de l’Energie, le financier qui était attendu pour redresser la boîte a laissé une Sénélec morte et ensevelie. Son déficit comptable était de 34 milliards de FCFA et son déficit de trésorerie est estimé à 127 milliards de FCFA. Et la subvention de l’Etat du Sénégal pour soutenir la Sénélec a atteint, en cette année 2006, la barre vertigineuse des 60 milliards de FCFA.

Loin de capituler, sonner le glas de la guerre et de demander pardon au peuple, Sam le guerrier attaque le Premier ministre dans la presse et le taxe de «complexé», avant d’accompagner son mentor de Président à la Mecque où le crâne poli d’Abdoulaye Wade commence à faire partie du décor. Sorti de cet épisode, à ceux qui venaient le voir dans son cabinet de consulting pour lui remonter le moral, Samuel jurait qu’il aura la peau de Macky Sall et de Madické Niang qu’il considérait comme ses tombeurs.

Pour avoir la peau de ses ennemis, Samuel va s’approcher de son «frère»: Karim Meïssa Ibn Abdallah. Pour Meïssa, après Idrissa Seck, c’est Macky qui commençait à lorgner le fauteuil Louis XIV que lui, le fils du père, aimerait occuper. Donc, il rêvait depuis longtemps déjà d’en découdre avec «ce parvenu». Et c’est tout naturellement qu’il va s’allier à Samuel Sarr pour faire tomber le tandem Madické-Macky. Plus que la haine que Samuel et Karim Meïssa vouent à ces personnes, c’est l’évocation des intérêts colossaux qui tournaient autour de l’Energie qui va conforter le prince à s’engager dans la lutte frontale.

Au même moment où ces jeunes gens testaient leur stratégie de déstabilisation du tandem auprès de Wade, un document désastreux sur la gestion énergétique de Madické circulait sous les manteaux à la City de Londres. Parti de Paris, un agent de renseignements sénégalais, contacté par un lobbyiste du pétrole, va prendre connaissance du document. Comme lui, les corbeaux contactent quatre personnes dont des journalistes du Platt’s: un journal londonien spécialisé dans le pétrole qui vont publier l’affaire.

Arrivé aussitôt à Dakar, cet agent, au lieu d’informer sa hiérarchie ou alerter le président de la République, passe par ses relations amicales pour faire parvenir le fameux document à Samuel Sarr. En possession du dossier, Samuel contacte Karim pour la réécriture du document. Ensuite, ils appellent Madiambal Diagne et lui file le document pour qu’il fasse pression sur Madické. Madiambal se rendra chez le mis en cause mais ne publiera jamais ces documents et Madické lui en sera à jamais redevable. Terminée cette phase, Samuel et Karim se rendent auprès de Wade pour lui demander de faire partir Madické; preuve à l’appui de sa mauvaise gestion.

– « M. Le Président, Madické, par ses agissements vous expose. Il faut vous débarrasser de lui avant qu’il ne soit trop tard, car la presse est au courant de cette affaire, lui dirent-ils.

C’est ainsi que, sans prendre le temps de recouper ces informations et sanctionner, s’il y a lieu d’être, Wade convoque Madické et le met devant les accusations de ses «frères». Mis en face de ces graves accusations, Madické tente de se défendre sans convaincre.

Pire, énervé par la conspiration faite contre sa personne, il tombe en syncope. Lorsqu’il reprend ses esprits, il s’isole dans un bureau du palais et rédige sa démission qu’il présente à Wade. Ne pouvant se départir de ce fidèle des premières heures, Wade refuse sa lettre. Mais, il va attendre le départ de Landing Savané du gouvernement, à la veille de la présidentielle de 2007, pour réorganiser la fonction de Madické. Au lieu du douillet fauteuil de ministre de l’Energie, Madické se retrouve ministre de l’Industrie, des Mines et de l’Energie, MIME. En temps normal, on est MEMI[1]. Et lorsqu’il a vu le chamboulement protocolaire, Madické, n’étant pas né de la dernière pluie, comprend. Wade a choisi son camp! Samuel venait d’avoir sa revanche!

Elle sera matérialisée, quelques mois plus tard, par son installation au quatrième étage du building administratif. Contrairement à Macky Sall et Madické Niang, il ne fera rien sans l’aval et la complicité de Karim Ibn Abdallah.

 

 

[1]Ministre de l’Energie, des Mines et de l’Industrie.

Laisser un commentaire