Macky prépare un gouvernement pro-Wade…retour vers le passé

Macky prépare un gouvernement pro-Wade…retour vers le passé

Le président Macky Sall sait aujourd’hui qu’il ne pourra plus gouverner en toute tranquillité sans tenir compte de la famille libérale plus précisément du parti originaire des libéraux, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS). Les enseignements tirés de ces législatives montrent que le PDS est toujours une machine électorale. Et le président Macky Sall qui s’apprête à faire son gouvernement va séduire les libéraux en faisant appel à plusieurs responsables du PDS. Selon des sources, des hommes proches de Wade sont assurés de faire partie du gouvernement. Un appel du pied vers les retrouvailles de la grande famille libérale.

Les résultats issus des élections législatives du dimanche 31 juillet dernier, ne laissent d’autres options au Président de la République Macky Sall que de tendre la main à une partie de l’opposition pour pouvoir gouverner. Il sera obligé de composer avec cette opposition lors de la formation de son nouveau gouvernement. Et tout le monde sait qu’il n’existe pas une seule possibilité d’assister à une entente entre Benno Bokk Yaakaar et Yewwi Askan Wi. Par contre Wallu Sénégal dont le Parti démocratique sénégalais (PDS) est la locomotive pourrait répondre favorablement à une main tendue du Chef de l’Etat.

L’ancien Président de la République du Sénégal Me Abdoulaye Wade n’a jamais fermé la porte à des retrouvailles avec son successeur à la tête du Sénégal, le Président Macky Sall. Ce sont seulement les circonstances qui ont poussé le secrétaire général national du PDS à se montrer si radical dans son opposition vis-à-vis du pouvoir. Abdoulaye Wade ne supporte guère voir son fils Karim Meïssa Wade contraint à un « exil » au Qatar, avoir des démêlés avec la justice.

Abdoulaye Wade n’a qu’un seul souhait, c’est que son fils Karim Meïssa Wade soit réhabilité et qu’il recouvre tous ses droits civiques. Il est prêt à donner l’ordre à ses partisans d’accepter de travailler avec le Président de la République Macky Sall, si son fils obtient la réhabilitation. Et le Président de la République Macky Sall qui sait qu’il doit faire appel à des membres du PDS pour la composition de son nouveau gouvernement, sait désormais les conditions qu’il lui faut remplir, pour y accéder.

Il lui faudra donner toutes les garanties à Me Abdoulaye Wade et aux autres membres de la famille libérale que Karim Wade va recouvrer tous ses droits civiques par conséquent libre de toutes poursuites judiciaires. Avec la bénédiction de Me Abdoulaye Wade, Macky Sall peut espérer gouverner en toute tranquillité durant les deux mandats qu’il lui reste à accomplir à la tête du Sénégal.

Ensuite, les retrouvailles de la famille libérale sont la meilleure garantie pour barrer définitivement en 2024 la route du pouvoir à des aventuriers de l’opposition comme Ousmane Sonko. En accédant au pouvoir en 2000, mettant fin à un demi-siècle de règne du Parti socialiste, Me Abdoulaye Wade avait prédit que les libéraux allaient rester pendant 50 ans en exercice au Sénégal. Ce qui ne pourra être possible qu’une fois, seront scellées les retrouvailles de toute la famille libérale.

Les résultats issus des élections législatives pourraient ne pas être finalement une mauvaise chose pour le Président de la République Macky Sall. Il pourrait tranquillement exercer pour le reste de son mandat, en préparant en toute sa sérénité sa succession à la tête du Sénégal. Ce qui lui permettrait de quitter librement le pouvoir en 2024, tout en laissant le pays entre des mains sûres.

La balle se trouve assurément entre les mains du Président Macky Sall. A lui de la saisir au rebond. Les retrouvailles de la famille libérale ne dépendent que de lui. Ce gouvernement pourrait être le point de départ de la réunification des partis libéraux issus des flancs du PDS, comme Bokk Gis Gis de Pape Diop, Rewmi de Idrissa Seck, l’Union nationale pour le peuple (UNP) de Souleymane Ndéné Ndiaye, Le parti Libéral Social Sénégalais (LSS) de Samuel Sarr, l’Union pour une nouvelle République (UNR) de Mamadou Lamine Massaly et la Convergence libérale et patriotique (CLP) de Serigne Mbacké Ndiaye…

Laisser un commentaire