L’insoutenable vidéo trouvée dans l’ordinateur de l’imam Ndao

Jeudi 3 mai, suite du procès Imam Ndao et Cie. 11 heures. Lumières éteintes. Pénombre. Action. Une voix qui récite le Coran. Des hommes en treillis, les mains attachées au dos. Exécutions à bout portant. Beaucoup de détonations, beaucoup de sang. Des véhicules incendiés, des maisons vidées de leurs occupants. Des cris de combattants qui déchirent le silence dans la salle d’audience…

40 minutes de violence inouïe. Voilà le contenu de l’une des vidéos trouvées dans l’ordinateur de l’imam Alioune Ndao, jugé avec une trentaine d’autres personnes pour des faits de terrorisme.

À la fin de la projection du court métrage, alors que le public tentait fébrilement de recouvrer ses esprits, l’imam Ndao tranquillement installé dans le box des accusés se justifie : « C’est un devoir pour tout musulman de savoir ce qui se passe dans le monde. C’est un devoir pour tout musulman de connaitre son temps pour les générations à venir. C’est un devoir pour un musulman de s’imprégner de la réalité. »

Daesh, les Américains, Saddam…
Le religieux ira plus loin. Il identifie les factions en conflit : « C’est une vidéo qui concerne l’islam et des pays musulmans. Où, dans sa première partie, on montre des sunnites massacrés. La deuxième partie montre la riposte faite par les éléments de l’État islamique. Malheureusement, ce sont des croyants musulmans qui s’entretuent. On doit se poser des questions. »

Sur sa lancée, il fait une petite historique de la naissance de l’une des organisations terroristes les plus connues : « L’État islamique est une suite de ce qu’on appelait Daesh. Je vois, à mon avis, qu’il y a une petite minorité qui a vu que des musulmans ont été attaqués en Irak par des Américains, c’est alors que Daesh a envoyé une  équipe qui est allée prêter main forte aux Irakiens. Nous savons tous que les Américains faisaient croire que Saddam Hussein détenait des armes de destructions massives. D’où les attaques. Dans cette vidéo, on voit des éléments armés dénommés ‘Les Escadrons de la mort’. »

« Je n’ai jamais conseillé le jihad à mes proches »
D’autres vidéos seront visionnées dans la salle. Ici, un centre d’endoctrinement pour enfants. Là, des combattants se forment en tirs et en arts martiaux. Dans une troisième, on voit des tirs de lance-roquettes. « J’ai téléchargé et gardé ces vidéos, par devoir. Je ne les ai jamais diffusées devant un public précis, jure Imam Ndao. Deuxièmement, c’est une histoire qui doit être gardée en mémoire. »

Se démarquant des auteurs des violences commises dans les vidéos, l’accusé martèle : « Je n’utilise pas ces vidéos pour orienter mes fidèles. Je ne suis inscrit dans aucun site. Je mène mes recherches via le moteur Google pour mieux m’imprégner de la réalité. Mais, je n’adhère pas à cette cause. Je ne crois pas que ceux qui font ces types de jihadisme s’appuient sur l’islam pour le faire. Je n’ai jamais conseillé à un de mes proches d’aller mener le jihad. »

 

Auteur: Youssoupha MINE

Laisser un commentaire