L’impact de la tension politique sur l’économie sénégalais

L'impact de la tension politique sur l'économie sénégalais

Au Senegal, les tensions politiques s’accentuent presque toujours à la veille des scrutins. Après les événements de mars 2021, les villes Dakar et Ziguinchor ont été bloquées vendredi, par des manifestations interdites de l’opposition. Avec deux économistes.

Du parti unique au multipartisme, la démocratie sénégalaise avait fini de faire un grand pas. De Senghor à Macky en passant par Diouf et Wade, le système démocratique sénégalais a souvent pris des coups. Et aujourd’hui le système a besoin d’être encore améliore. C’est pourquoi la coutume rappelle que ” la démocratie n’a pas le prix, mais elle a un coût”. Au Senegal, en général, quand on parle de coût de la démocratie, on pense au coût qu’induit le système représentatif à travers l’organisation des élections et la rémunération des élus comme les députes et les maires. Seulement au Senegal, on paie le coût supplémentaire qu’induit la tension politique permanente.

Si en 1998, les coût estimatifs de l’impact du dysfonctionnement du transport avec les embouteillages à Dakar ont été évalues à 108 milliard FCFA par année, par la Banque mondiale, aujourd’hui, il serait aussi tresse intéressant d’évaluer le coût économique de la tension politique permanente au Senegal. A une vingtaine de jours de la fête de la Tabaski qui est une traite pour marchands ambulants et le secteur informel en général, des marches comme Sandaga, Hlm et Colobane, des poumons de l’économie, sont fermes à cause de la tension politique.

Et 24h c’est très important pour des gens qui vivent au jour le jour. Et après les émeutes de mars 2021, la manifestation interdite de l’inter coalition Yaw-Wallu de vendredi dernier a été un autre coup dur pour l’économie. Les jours de manifestation deviennent des jours féries forces au Senegal surtout dans la capitale parce que chômes et pas payes. Pour un pays qui fait appel à l’investissement direct étranger, le coût économique de cette tension et très élevé parce qu’à chaque élection, le Senegal donne l’impression d’aller vers une guerre civile.

pas encore certains hommes politique, par pur populisme, cherche à utiliser l’investissement étranger comme bouc émissaire. Et Auchan et Total en ont payé le prix fort lors des émeutes de mars 2021. Si ces entreprise ont préféré rester, d’autres investisseur qui projetaient s’installer au Senegal, vont y réfléchir par deux fois, avant de venir. Aujourd’hui, n’est-il pas temps d’avoir une lecture économique des tensions politique au Senegal.

Laisser un commentaire