« Le Pape Sopi et l’histoire : un destin pour l’Afrique ou un destin pour un fils », (par Waly Coura Ndiaye)

"Le Pape Sopi et l'histoire

Le pape du Sopi et l’Histoire : un destin pour l’Afrique ou un destin pour le fils ?

Maître, vos déclarations telles, « je ne participerai plus à des Elections organisées par Macky Sall » ; « Déchirez vos cartes nationales d’identité, brûlez les bureaux de vote »; « il n’y aura pas d’Elections au Sénégal tant que Wade fils n’y prend pas part » ; l’ idée prônée selon laquelle le parti, c’est vous ou à défaut votre fils, illustrent-elles la vision dans votre ouvrage «Quel destin pour l’Afrique ?»

Maître, assurément le doute persiste sur la question au regard des actes que vous avez posés depuis que le peuple vous a évincé du Pouvoir, après avoir découvert tout le manège autour du fils. Ainsi, assumant la personnification de votre propre vision, et votre carrière politique en étant la dramatisation fidèle et vivante de vos idéaux, de votre vision pour l’Afrique et par ricochet pour votre pays, la problématique de la valeur ajoutée de votre ouvrage, « Quel destin pour l’Afrique », se pose désormais. En vérité votre perception du Pouvoir, de l’Etat et de la politique, vide votre livre de sa substance et l’incohérence entre la théorie et la pratique, invite à le retirer des rayons des bibliothèques Africaines et à le brûler, car ni votre modèle de leadership, ni votre modèle de gouvernance et d’éthique, ne sauraient prospérer pour être dupliqués, dans une Afrique prospère, réconciliée avec le reste du Monde. Nous ne voulons plus du retour d’une Afrique des dynasties, des monarchies, du tribalisme, du clanisme politique ou religieux, du népotisme et du favoritisme.

Maître vous avez fait Vingt six ans d’opposition, de diversion, principalement construite autour d’un discours aux allures souvent démagogiques avec des propositions de solutions surréalistes sur le vécu de votre peuple, et d’une recherche effrénée d’un charisme qui s’est voulu universel à l’image de grandes figures Africaines, telles L.S.Senghor, Kwameh Krumah, Lumumba, Mandella. Cependant contrairement à ceux –là qui sont entrés dans l’histoire par la noblesse des idéaux, la finesse et la pertinence des idées, la constance et la cohérence dans leurs principes et pratiques, vous avez toujours emprunté les voies de l’agitation politique à allure subversive, de la ruse et de l’anticonformisme, de la violence verbale et parfois physique. Votre pays en a longtemps souffert et continue de vous souffrir encore.

Maître, La parenthèse dans l’histoire politique de notre pays, que le peuple, faute de mieux, vous a ouverte de 2000 à 2012 au crépuscule de votre combat politique, jusque là, infructueux, pour vous mettre à l’épreuve, sur le plan de l’éthique, de la morale Républicaine, des valeurs et principes de bonne gouvernance, laisse sur le corps social, des stigmates qu’il faudra des décennies pour se cicatriser. Hélas, malgré tout, au compte positif de votre magistère le peuple lamda, non initié aux conditions et à l’orientation de l’Aide Publique au Développement, aux engagements internationaux pris par les Etats dans les sommets, conférences, fora internationaux, peut vous accréditer de réalisations visibles, particulièrement dans le domaine des infrastructures, routières, scolaires et sanitaires qui auraient pu permettre à vos adeptes de vous inscrire au panthéon des grands leaders Africains, même s’il faut relativiser tout cela, car le contexte national et international étaient tellement imbriqués que les pays en Développement marchaient sous injonctions des partenaires techniques et Financiers au point qu’un simple paysan qui serait à la tête du pays, ne pouvait pas faire moins : le financement du Développement était assujetti à des impératifs d’ élaboration et d’exécution de plans d’action nationaux ou de stratégies nationales de Développement téléguidés (Pdef pour l’Education, PDIS pour la Santé, DSRP I, DSRP II, SCA, Programme de mobilité urbaine à Dakar avec le Renouvellement du Parc automobile et la construction d’ échangeurs de Malick SY et CYRNOS, même de Faidherbe, de pikine etc… et de voies de dégagements). Tous ces programmes étaient déjà discutés , ficelés avec les investisseurs sous la houlette de la Banque Mondiale depuis 1998.

Cependant, l’attente du peuple n’était pas seulement que des infrastructures, mais sur le coût de la vie, les équipements, sur le respect des principes, beaucoup plus sur les valeurs, la gouvernance, sur le nouveau type de société, le nouveau type de citoyen. Hélas, sur ce plan, la parenthèse a atterré le peuple, révélé des pratiques et des comportements qui n’ont pas fini de semer le dégoût pour la politique pour bon nombre de compatriotes.

A la lumière de ce qui s’est passé, l’on peut se demander si à la place d’ un destin pour l’Afrique et par ricochet pour son pays, l’homme ne se projetait pas un destin pour lui-même, pour son fils, comme y renvoie d’ailleurs la statue au sommet de la stèle du monument de la Renaissance avec un pére Africain lui, suivi d’une femme européenne et portant son fils sur l’épaule, ce dernier enthousiasmé par l’horizon vers lequel le transporte un père physiquement robuste et résilient, troublante similitude entre la représentation artistique et le combat que vous menez pour votre fils qui pourrait emmener un Freudien à mieux comprendre pourquoi cette réclamation de Droits d’auteur sur un monument construit sur fond Public

Votre implication inattendue dans des Elections législatives passées, rabaissantes pour votre statut d’ancien chef d’Etat tout comme vos récentes déclarations aussi incendiaires que renversantes, invitant à « déchirer des cartes d’identité et à brûler des bureaux de vote, comme les flammes d’un incendie, ne laissent à la postérité qu’amertume, regret, tristesse au grand dam de vos obligés.

Est-ce là votre destin pour le Sénégal en matière de gouvernance, avec le pillage des ressources, l’aliénation du patrimoine national, le tripatouillage des règles et principes de gouvernance, l’édulcoration des valeurs éthiques et morales aux quels on a assistés durant votre magistère ? Plus grave, on a prôné et travaillé au retour à la monarchie avec cette idée de constante, de monarque condescendant vis-à-vis de tous et piétinant les institutions et Lois, entouré de laudateurs qui lui tissent une légende factice, d’ une armée d’ intellectuels débauchés pour légitimer les fantasmes et dérives, tous payés et entretenus avec l’argent du contribuable.

Oui est-ce là votre destin pour le Sénégal que de jeter la République et ses nobles principes, sa démocratie malgré les tares de celle-ci, aux orties pour les remplacer par « une dictature éclairée ». Est-ce là le « destin » pour le Sénégal, une République banania, en marge du progrès où la majorité de la population, ne pouvant plus accéder aux produits de consommation courante dont les prix n’avaient cesse de grimper, aux facteurs de production de base dont l’Energie, serait alors perpétuellement dans l’indigence absolue, asservie et dépendante de la nouvelle bourgeoisie milliardaire fabriquée miraculeusement et abonnée aux frasques et à la bamboula Etatique? Est-ce enfin un destin pour le Sénégal d’avoir pris goût au jeu de l’isolement du reste du Monde par vos humeurs imprévisibles, un Sénégal replié sur lui-même, incapable de prendre le train de l’histoire parce que contraint par son dirigeant à devoir continuer à ruminer les affres de son passé colonial et à nourrir perpétuellement ce complexe de colonisé qui consiste, en une quête insatiable de baroud d’honneur improductif contre l’Occident ? Alors où est la cohérence d’une telle attitude quand des citoyens se vantent de leur double nationalité qu’ils se plaisent à à faire valoir de temps à autre et n’hésitent pas à s’en servir comme parapluie contre d’éventuelles intempéries tropicales.

Non nous ne voulons plus en Afrique, au Sénégal surtout, de leaders grabataires qui continuent de s’accrocher au pouvoir au prix de perte de vies humaines, de leaders revanchards qui cherchent à retrouver à tout prix le pouvoir perdu, au prix souvent d’alliances sordides, de manœuvres ou de déclarations à l’emporte pièce, attentatoires à la stabilité, à la paix et à la cohésion sociale dans le pays, dans un contexte géopolitique très sensible et chargé. Nous ne voulons plus, non plus d’un leadership de la rue, bâti sur du fanatisme et l’obscurantisme politiques. Le peuple doit sanctionner tout leader politique prétendant accéder à la Magistrature Suprême qui se réclamerait d’un tel héritage.

Attention ! gardons-nous de coller prématurément des Epitaphes ou de sanctifier des mortels avant qu’ils ne soient mis sous terre.

 

Waly Coura Ndiaye

commission des cadres de Bennoo

wandiaye@gmail.com

 

Laisser un commentaire