Le Directeur de la prison de Rebeuss nie l’existence de la lettre de Guy Marius Sagna

Le Directeur de la prison de Rebeuss nie l'existence de la lettre de Guy Marius Sagna

Hier -jeudi, l’activiste Guy Marius Sagna, emprisonné à Rebeuss, pour fausse alerte a adressé une lettre ouverte au directeur de la Maison d’arrêt et de correction pour dénoncer les conditions inhumaines que vivent les détenus. Mais également l’humiliante scène qu’il a subie avec les gardes pénitentiaires, qui l’auraient déshabillé tout nu à l’air libre. Devant cette lettre polémique, qui a soulevé l’ire des défenseurs des droits de l’Homme,  le directeur de la prison de Rebeuss, l’Inspecteur Cheikh Ahmet Tidiane Dia, a apporté des éclaircissements.  

« Ce matin, j’ai écouté la radio comme tout citoyen et j’ai entendu des informations concernant le détenu Guy Marius Sagna. Il était supposé qu’une lettre m’a été adressée. Ce qu’il faut préciser, d’abord, c’est qu’une lettre adressée au directeur de Rebeuss devrait parvenir au directeur de Rebeuss », a-t-il déclaré, ce vendredi, lors de la visite du ministre de la Justice, Garde des sceaux, Me Malick Sall, à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) du Pavillon spécial sis à l’hôpital Aristide Le Dantec qui vient d’être réhabilitée. 

A en croire le directeur cette supposée lettre qu’aurait écrit le détenu et qui enflamme la toile ne lui est toujours pas été parvenue. 

« Donc, c’est le directeur de Rebeuss qui devrait sortir cette lettre. J’ai été surpris d’entendre que j’ai reçu une lettre de Guy Marius Sagna. Si c’était dans un cadre général, je n’allais pas rentrer dans cette polémique. Mon devoir en tant qu’autorité de l’établissement ayant une population carcérale à gérer, c’est d’appeler le concerné dans mon bureau, d’en discuter avec lui. Je lui ai demandé s’il m’a adressé une lettre. Il m’a dit non. Il n’en a pas fait sortir. Le constat est qu’il n’y a pas de lettre ». 

Cheikh Ahmed Tidiane Dia d’indiquer « qu’ Au-delà de Guy Marius Sagna, il y a des formalités, y compris la fouille, qui s’appliquent à tous les détenus. Il faut un peu de respect entre nous ».

LAISSER UN COMMENTAIRE