Lait infantile contaminé : « Ce n’est pas la première fois »

Lait infantile contaminé

0
Mother feeding baby boy with bottle.

En 2005, plus de 140 enfants ont été contaminés par des salmonelles après avoir consommé des laits infantiles. L’une des marques responsables fait encore partie des produits incriminés aujourd’hui.

Les parents de nourrissons n’ont pas l’esprit tranquille en préparant les biberons. Les autorités sanitaires ont annoncé ce dimanche le rappel et le retrait de douze lots de lait infantile Picot, Pepti-Junior et Milumel en raison d’une contamination par des salmonelles. Vingt nourrissons âgés de moins de six mois ont été malades ces derniers mois dans huit régions différentes. La contamination aurait eu lieu entre juillet et novembre dernier dans l’usine du Craon en Mayenne.

Salmonella agona. Cette bactérie est l’une des 2500 souches de salmonelles connues. «Elles vivent dans le tube digestif des animaux à sang chaud mais aussi à sang froid. Dans le cas du lait en poudre, la contamination a pu avoir lieu lors de la traite des animaux», explique au Figaro le Pr François-Xavier Weill, chef de l’unité Bactéries pathogènes entériques à l’Institut Pasteur et responsable du Centre national de référence des Escherichia coli, Shigella et Salmonella en charge de la surveillance des salmonelloses qui a sonné l’alerte.

«Ce n’est pas la première fois que cela arrive, relève le spécialiste. La France a déjà connu en 2005 une épidémie de salmonellose à Salmonella agona chez des nourrissons qui avaient consommé du lait infantile en poudre». À l’époque, 141 enfants âgés d’un à douze mois avaient été malades. Une cinquantaine avait dû être hospitalisée. Les poudres Picot 1er âge produites en Mayenne étaient là aussi citées comme l’un des responsables.

En théorie, les microbes contenus dans le lait cru sont tués lors de la pasteurisation et la stérilisation. Mais il arrive que certaines bactéries résistent à ces fortes chaleurs. «La contamination peut également avoir lieu lors de l’ajout de certains composés comme les émulsifiants. La chaîne de production et de conditionnement peut aussi avoir été souillée par des salmonelles», ajoute François-Xavier Weill.

Le producteur de ces laits en poudre, le géant Lactalis, assure ne pas comprendre comment cela a pu se produire. Les auto-contrôles réalisés avant la mise sur le marché n’ont rien révélé. «Il est possible que les concentrations de salmonelles soient trop faibles dans les échantillons analysés pour permettre la détection de la bactérie. Mais pour des nourrissons nourris exclusivement au lait infantile et dont les défenses immunitaires sont faibles, cette dose suffit à les rendre malades», indique le chercheur de l’Institut Pasteur.

En cas d’infection, les symptômes surviennent dans les trois jours. Les enfants souffrent de diarrhées, parfois sanglantes, nausées, vomissement et fièvre. Le risque pour ces jeunes malades est la déshydratation rapide. Il est donc indispensable de se rendre chez son médecin si un de ces signes apparaît.

Les autorités sanitaires demandent également aux familles qui disposeraient de lots contaminés de ne plus les utiliser. Elles peuvent se rendre en pharmacie pour recevoir un lait de substitution.

En parallèle, la société Lactalis a mis en place un numéro vert, le 0800 120 120, pour répondre aux interrogations des consommateurs. Ouvert de 9 à 20 heures, toutes les lignes étaient occupées ce dimanche.

Laisser un commentaire