Kolda : le sous- secteurs de l’élevage intéresse plus de 300.000 familles, dixit Dr Masiring Savané.

L’élevage au Sénégal intéresse « plus de 300.000 familles, soit près de 28% des ménages sénégalais dont près de 14% en milieu rural » a affirmé hier samedi l’éminent vétérinaire Dr  Masiring Savané dans le cadre d’un débat à travers un panel dénommé les nouvelles de Kolda.

Au cours de son entretien avec le modérateur, Souleymane Gano, par ailleurs journaliste à l’agence de presse du Sénégal (APS), Dr Savané a tenté  d’expliquer  le thème du jour dont l’intitulé est comment le sous-secteur de l’élevage peut être un moteur de croissance ?

L’élevage constitue un secteur clé de l’économie sénégalaise de par ses revenus qu’il génère, mais également de par sa contribution à la croissance des activités du secteur primaire. Mais, au-delà de son importance en tant qu’une source d’aliments et de revenus monétaire pour les populations, il joue également un rôle d’épargne et d’assurance contre les risques  d’insécurité alimentaire, notamment dans le monde rurale.

Afin de relever les défis de ce sous-secteur et d’assurer la relance des filières de production et des industries animales, Masiring Savané affirme que « plusieurs  approches ont été tenté par le gouvernement sénégalais ». Cette démarche systématique a permis aux différents acteurs du secteur de l’élevage au Sénégal d’être plus compétitifs, en mettant les activités de production, de transformation et de commercialisation en adéquation avec les demandes des consommateurs.

Compte tenu de ses nombreuses potentialités, l’élevage a été positionné dans le Plan Sénégal Emergent (PSE) parmi les secteurs prioritaires porteurs de croissance. A cet effet, les objectifs qui lui sont assignés visent, de manière spécifique, à la réalisation de la sécurité alimentaire, l’amélioration des revenus des acteurs et  la préservation des ressources naturelles.

A en croire Dr Savané le plan Sénégal émergent (PSE) est décliné en quatre projets dans le sous-secteur en élevage. Le premier projet consiste l’appui au développement  et à la modernisation de la filière laitière, dont le coût a été  estimé à une somme de 19 milliards 249 millions pour une durée de 5 ans.

« Le second projet est celui du développement de l’élevage en basse Casamance et en moyenne Casamance dont le montant s’élevait à 12 milliards 503 millions sur 5 ans également » a-t-il dit avant d’ajouter que le troisième projet a été axé sur le développement de l’aviculture familiale pour un coût global de 5 milliards 24 millions en 3ans.

Selon lui,  le dernier projet  est celui de l’appui à la modernisation des filières animales pour un coût de 16 milliards 976 millions de francs CFA.  Parmi ces quatre projets du plan Sénégal émergent, deux  concerneront particulièrement  la région de Kolda.

Malgré les efforts consentis par le gouvernement du Sénégal,la contribution très faible de ce sous-secteur à la croissance du PIB laisse entrevoir les difficultés auxquelles il reste confronté et qui entravent encore son développement.

Laisser un commentaire