Elections de 2019 : « Je suis candidat à l’élection présidentielle du 24 Février 2019 », Khalifa Sall

Khalifa Sall : "Je suis candidat à l'élection présidentielle du 24 Février 2019"

Affaire Khalifa Sall et Cie: un recours déposé à la Cour d'Appel
Affaire Khalifa Sall et Cie: un recours déposé à la Cour d'Appel

En attendant les plaidoieries prévues pour ce Vendredi, le maire de la ville de Dakar qui devait faire une déclaration hier, lors du procès s’est vu rejeté par le juge jusqu’aujourd’hui où il a boycotté l’audience. Mais, il a préféré prendre la plume pour se prononcer sur le procès et sur une question qui préoccupe beaucoup de sénégalais à savoir sa candidature à l’élection présidentielle de 2019. Dans ce sens, il a affirmé, dans sa déclaration, qu’il sera candidat aux prochaines échéances électorales.

On le murmurait dans certains cercles, mais on se disait que ce serait difficile en raison de son statut de prisonnier le plus célèbre du pays. Mais Khalifa Sall a décidé de déclarer sa candidature ce jeudi.

«Je veux inviter les Sénégalaises et les Sénégalais à refuser que le seul choix qui leur soit donné soit celui de la perpétuation du régime actuel, à défendre la volonté souveraine du peuple et à faire entendre leurs voix qui, elles seules, doivent décider de l’avenir de notre pays. Je veux m’engager à vos côtés pour construire cet avenir commun. C’est pourquoi, oui, je suis candidat à l’élection présidentielle du 24 Février 2019, avec la conviction que nous puiserons dans cette épreuve l’énergie pour rassembler les forces vives de la Nation, gagner la confiance du peuple et redresser notre cher pays.»

Le maire dénonce dans sa déclaration, la violation de la procédure menée depuis l’enquête et les nombreux manquements qui ont escorté la procédure.«Aujourd’hui, les masques sont définitivement tombés avec le refus de la Cour d’Appel de Dakar d’exécuter la décision de la Cour de justice de la CEDEAO, qui a constaté ma détention arbitraire et le caractère inéquitable du procès. Je proclame à nouveau la vérité aux Sénégalais : jamais je n’ai trahi leur confiance. Les accusations qui me sont faites sont ignominieuses, hypocrites et infamantes. Aujourd’hui, plus que jamais, je réfute avec force et conviction, chacune de ces dernières qui poursuivent le dessein politique lâche d’entraver la liberté du suffrage.Je n’accepte pas et je n’accepterai jamais que la démocratie, et à travers elle le vote des Sénégalais soit muselée.»

Laisser un commentaire