Kaolack-Taïba Niasséne 2017: Retour sur la vie et l’œuvre de Baye Niasse

    Kaolack

    Baye Niasse, est l’une des figures les plus marquantes de la confrérie Tidjaniya avec un nombre de disciples qui dépasse la centaine de millions à travers le monde

    Né à l’aube du 20ème siècle dans les confins du Saloum (Kaolack), Baye Niasse se révéla comme un apôtre du panafricanisme du fait de ses multiples périples dans la sous-région, en Europe et en Asie. Ibrahima Niasse à l’état civil est né en 1900 à Taïba Niassène, un village niché dans la région de Kaolack. Son père Abdoulaye Niasse fut un grand marabout et l’une des figures de proue de la tidjaniya à son époque.

    Baye Niasse fit sa formation religieuse entre Taïba Niassène et Kossy Baye, localités situées dans la communauté rurale de Ndiaffate. A l’âge de 21 ans, il écrivit son premier livre intitulé «Rouhoul Adab». Un recueil qui étonna plus d’un, notamment dans le monde arabe, tant par sa portée scientifique que sa teneur linguistique. Au lendemain de la disparition de son père, il resta sous l’autorité du représentant de la famille, Mohamed Niasse dit Baye Khalifa.

    Celui-ci fut son protecteur, son ami et lui laissa administrer ou du moins dispenser l’enseignement coranique. C’est lui qui assurait les chants religieux, la lecture du ‘’Burdah’’ qui marque l’ouverture de la célébration de la naissance du Prophète Mohamed (PSL). Après avoir fondé la ville de Médina Baye en 1930 et accompli le pèlerinage à la Mecque en 1937, celui que l’on nommera plus tard Cheikh Al Islam fut très vite connu dans tout le Sénégal et dans la sous-région, non seulement par la diversité du savoir qu’il dispensait mais aussi et surtout son implication dans tout ce qui concernait les Africains.

    Panafricaniste convaincu, il se rend dans beaucoup de grandes villes d’Afrique pour y prêcher la voie soufie de la Tidjaniya. ‘’Baye Niasse s’est aussi rendu hors du continent, notamment en France, en Angleterre, en Belgique, en Indonésie, en Chine, au Pakistan, pour y prêcher. Il fut notamment le premier noir africain à diriger la prière dans la prestigieuse mosquée d’al Azhar en Égypte.’’ Lors de ses différents voyages, Baye Niasse rencontra de grandes figures politiques telles que Gamal Abdel Nasser, président de l’Egypte et le panafricaniste Kwamé Nkrumah avec qui il était très lié.

    Baye Niasse défendait la cause africaine sur les plus grandes tribunes du pays. ‘’Il était à la limite un grand diplomate qui s’est rendu notamment en Chine populaire, alors que notre pays n’avait pas de relation avec la Chine’’, souligne le professeur Ibrahima Mahmoud Diop «Barham», l’un de ses plus fidèles compagnons.

    Baye Niasse a prêché dans plusieurs pays et appelé les musulmans à intégrer la Faydatou de la Tidjanya, cette profusion prédite par Cheikh Ahmed Tidjane et dont son disciple Baye Niasse se proclama l’incarnation. ‘’C’était un missionnaire qui partait toujours à la conquête du monde.

    Il défrichait des terres sèches pour partager la confrérie de la Tidjaniya’’, renseigne le professeur Diop. Aujourd’hui ses disciples se comptent par millions au Nigeria, au Ghana, au Niger, au Bénin, au Mali, au Tchad et au Soudan, mais aussi dans le monde arabe, en Europe, aux Amériques et en Asie

     

    Laisser un commentaire