Justice: Les arguments de Khalifa Sall face au mémoire du percepteur municipal Mamadou Bocoum

 La bataille menée par Khalifa Sall a été âpre, devant le juge d’instruction, pour se tirer d’affaire.

En effet, le maire de Dakar a brandi tout une batterie d’arguments pour échapper au mandat de dépôt. Outre les contestations sérieuses, il a voulu écarter le rapport de l’Inspection générale d’Etat, sur lequel le Procureur s’est fondé pour le poursuivre ; ce qui entraînerait sa libération d’office. De son côté, le percepteur municipal Mamadou Oumar Bocoum a présenté un mémoire volumineux, pour convaincre le juge qui l’a placé sous contrôle judiciaire. Retour sur le film de l’audition.

Avant qu’il ne passe à la guillotine, mardi dernier, Khalifa Sall s’est défendu bec et ongles devant le Doyen des juges d’instruction. Le maire de Dakar, qui n’était pas d’accord avec le réquisitoire du procureur de la République, a présenté plusieurs arguments au magistrat instructeur. Et pour commencer, le maire socialiste s’est attaqué au rapport qui est à l’origine de la procédure. L’édile de Dakar a, en effet, argué que c’est le rapport de l’Inspection générale d’Etat qui a été utilisé par le chef du Parquet pour le poursuivre. Or, l’Ige, n’a pas les prérogatives de poursuivre les mairies.

Cela relève d’une compétence exclusive et entière de la Cour des comptes, selon le maire de Dakar. L’autre argument brandi par Khalifa Sall a trait à son audition. A l’en croire, il n’a pas été entendu sérieusement et comme il se doit par les enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic). Ce, aussi bien lorsqu’il était seul avec les enquêteurs qu’au moment de la confrontation avec ses coinculpés. Un argument qu’il ne devrait peut-être pas opposer aux enquêteurs, mais plutôt à lui-même, puisqu’il s’est gardé durant l’interrogatoire de répondre aux questions des agents de la police.

L’Ige est incompétent en l’espèce, selon Khalifa Sall

Mais, l’édile de la capitale, qui a sorti toutes ses armes devant le magistrat instructeur, s’est en outre appesanti sur les contestations sérieuses. L’éternelle équation de la nomenclature des fonds a été remise sur la table. En effet, si certains considèrent que c’est une caisse d’avance, le maire de Dakar a tenté de convaincre le juge qu’il s’agit d’une caisse assimilable à une caisse noire, qui a servi non pas à l’enrichir, mais plutôt aux populations qui étaient dans un besoin pressant et dont il se garde de révéler les noms. Sur tous ces arguments présentés au juge Samba Sall, l’édile de la capitale a été appuyé par ses conseils.

Toutefois, ils ont demandé au magistrat, si toutefois les arguments ne le convainquent pas trop, de prendre en compte le fait qu’il a en face de lui un maire, qui plus, est le maire de la capitale, et présente donc des garanties sérieuses de représentation en justice. Le maire ne peut pas disparaître et s’évaporer dans la nature, d’autant qu’il a sa famille et tous ses biens au Sénégal, ont aussi plaidé les avocats. Ainsi, ils ont sollicité du juge d’instruction, au moins qu’il le place sous contrôle judiciaire. Mais, tous ces arguments, au final, ont été écartés par le juge d’instruction.

Bocoum se présente avec un mémoire de 40 pages

Toutefois, Samba Sall a été réceptif aux arguments de défense des inspecteurs du Trésor, qui ont bénéficié d’un contrôle judiciaire sur la base de contestations sérieuses. Selon nos informations, les avocats ont demandé et obtenu du juge le renvoi afin qu’ils puissent prendre connaissance du dossier, mais également pour mieux préparer leur défense. Ainsi, pour tirer leur épingle du jeu, Mamadou Oumar Bocoum est revenu avec son avocat, un document de 40 pages en main, qu’il a déposé sur le bureau du juge Samba Sall. Il a argué qu’en sa qualité de percepteur municipal, il est un agent du ministère de l’Economie et des Finances, ce qui fait qu’il n’a pas pour mission de regarder la conformité des réalisations, mais il approuve sur la base des pièces qui lui sont présentées. Cet argument est aussi valable pour son collègue Ibrahima Touré.

Alassane DRAME

Laisser un commentaire