Journée mondiale de la liberté de presse : Des journalistes sénégalais dénoncent les violences qu’ils subissent dans l’exercice de leur métier

A l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse, la  Coordination des Associations de Presse (Caf) du Sénégal a organisé devant le ministère de la Culture et de la Communication un Sit-in ce lundi 3 mai 2021. Cet évènement a été marqué par la présence de plusieurs acteurs de médias qui sont sortis pour défendre la liberté de la presse et dénoncer les violences qu’ils subissent.

Débuté à 10 heures, les participants, vêtus de tee-shirts rouges étaient regroupés devant le ministère de la Communication. Le sit-in qui s’est déroulé dans une vive ambiance, a été marqué par des déclarations des professionnels des médias.

Parmi les différentes interventions, on peut noter celle de Alioune Top, président de l’Association Nationale des Professionnels de la Presse en Ligne (Anppel). « La presse en ligne est assez représentative dans ce pays, mais depuis le mois de mars, nous avons tous constaté qu’elle subit des menaces chaque jours et cela doit cesser. On ne peut pas confondre la presse en ligne et les médias sociaux. Parfois, les gens pensent que les You tubeurs, et les sites web font le même travail. Je voudrais vous faire savoir que la presse en ligne est comme tous les organes de presse qui fait un travail journalistique assez professionnel. Ils sont en train de participer pour la démocratie et la liberté de la presse ».

Il a ajouté : « C’est la presse en ligne qui informe en temps réel, tous les Sénégalais d’ici et de l’extérieur », a témoigné M. Top. Il n’a pas manqué de rappeler le rôle de la presse en ligne.

Selon lui, « aujourd’hui si on fait les statistiques, la presse en ligne emploie plus que les autres secteurs, elle participe beaucoup à l’économie du pays. « Nous demandons aux autorités d’accompagner et encadrer la presse en ligne pour qu’elle puisse faire correctement son travail », a-t-il déclare, lors de sa prise de parole.

Mamadou Thior président du Comité d’Observation des Règles d’Ethique et de Déontologie dans les Médias (Cored) a commencé son allocution en félicitant ses confrères qui ont répondu à l’appel pour cet évènement. « C’est dernières années, la presse a été chahutée. Aujourd’hui, il faut le reconnaitre, on ne sait plus qui est journaliste et qui ne l’est pas, qui est techniciens des médias et qui ne l’est pas. Je pense que de ce côté, nous avons un combat à mener, pour redonner à la presse sénégalaise sa noblesse. Nous les plus anciens, nous devons léguer l’image d’une bonne presse », a soutenu Mamadou Thior président du Cored.

« Continuons à être soudé, parce qu’il ne sert à rien de mettre l’accent sur notre travail », a-t-il lancé au public, ajoutant qu’ils ne réussiront à laver le linge sale en famille qu’avec l’accord de tout le monde». « Le rôle du Cored est de faire en sorte que la presse soit une presse de qualité », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire