Journée du Migrant: Le Sénégal à l’écoute de ceux qui ont décidé de rentrer au bercail

Journée du Migrant: Le Sénégal à l'écoute

Sory Kaba, le directeur général des Sénégalais de l’Extérieur était de sortie.  En cette journée internationale du migrant, il a ce lundi 18 décembre, invité les concernés à débattre de l’avenir de la migration. La cérémonie s’est déroulée à la Place du Souvenir de Dakar.

Le directeur général, Sory Kaba a déclaré que « l’immigration internationale plus que tout autre domaine, de notre espace public, fait l’objet de représentation erroné et d’influence profonde, exercé par l’opinion ou les opinions. » Les discours publics comme les discours politique suivent cette logique en dépit des formes de révolution constatées dans les modes de communication.

Dans une salle remplie de migrants de retour comme de la représentante de l’OIM et de Mme Nata Samb Mbacké, Sory Kaba a déclaré que « nombreux sont ceux qui demeurent mal informés de l’ampleur de la portée et du contexte socio-économique des flux et phénomènes migratoires. » C’est pourquoi, « aujourd’hui vous conviendrez avec moi qu’il va falloir bien communiquer sur les questions de migrations. Car toute gestion des phénomènes migratoires suppose également de gérer la société. »

De ce fait, Sory Kaba pense que « nous savons que la conception que nous avons des compatriotes à l’étranger n’est pas bonne puisqu’elle ne se limite qu’à faire d’eux des envoyeurs d’argent. » Pour le patron de la direction générale des Sénégalais de l’extérieur, « les 3 millions de Sénégalais établi à l’étranger entretiennent leur famille au Sénégal. 954.9 milliards en 2015 envoyer à leurs familles  au Sénégal 2.6% de l’aide publique au développement. »

Le directeur général des Sénégalais de l’extérieur a déclaré que « l’image des Sénégalais de l’extérieur ne doit pas se limiter à la caricature du parent qui envoie souvent de l’argent aux familles restées au pays. » Aussi, Sory Kaba a déclaré que « la migration est justement l’un des moins favorisant l’échange de talents, de services, de compétences et d’expérience dont tous les pays du monde ont besoin. »

« Sous ce rapport, s’est il interrogé, pourquoi les pays du Sud doivent être assignés à résidence avec obligation de montrer patte blanche pour circuler? » Aussi, le directeur général des Sénégalais de l’extérieur n’a pas manqué de se demander  » si cette situation n’est pas à l’origine des nombreuses catastrophe vécues par les jeunes africains? » Les Sénégalais de l’Extérieur, partout ou ils se trouvent dans le monde, n’ont qu’une seule obsession: que leur retour comme leur réintégration soient des réussites.

Laisser un commentaire