Interview: « René Capain Bassène a été arrêté dans le cadre de l’enquête liée au massacre de la foret des Bayottes », El’hadj Abdoulaye Seck, Amnesty International

Interview: "René Capain Bassène

El Hadj Abdoulaye Seck est le chargé de campagnes et communications au sein d’Amnesty International Sénégal. Interpellé par nos confrères du comité international pour la protection des journalistes, il a déclaré que la présomption d’innocence qui est le fondement universel du droit doit être appliqué à René Capain Bassène, cerveau présumé de la tuerie perpétrée le 6 janvier 2018 dans la forêt des Bayottes. Entretien..

 

  • Pensez-vous que l’arrestation de René Capain Bassène a un lien avec son travail de journaliste ?

 A ce jour, nous n’avons pas à notre disposition des informations nécessaires qui pourraient nous amener à faire une telle conclusion. Ce qui est par contre évident, c’est que M. Bassène a été arrêté dans le cadre de l’enquête liée au massacre d’une dizaine de civils dans la forêt de Boffa Bayotte, en Casamance dans le Sud du pays.

  • Nous avons appris qu’Amnesty International Sénégal a réagi à propos de ce dossier.

 Oui, Amnesty International Sénégal a réagi par le biais de son directeur exécutif pour dénoncer l’impossibilité pour l’épouse et les parents de René Capin Basène de lui rendre visite. Depuis son inculpation et sa mise en détention par le juge d’instruction, sa famille n’a pas accès à lui bien que des demandes dans ce sens aient été formulées. Pour rappel, Monsieur Bassène a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près du tribunal de grande instance de Ziguinchor, le 19 janvier 2018. Il avait été arrêté le 14 janvier 2018 par des éléments de la gendarmerie et placé en garde à vue. A la suite, le procureur a transmis son dossier pour instruction.

  • Quels sont les chefs d’inculpation retenus contre lui ?

 Selon les informations disponibles, il est poursuivi pour assassinat, association de malfaiteurs, détention et utilisation d’armes à feu sans autorisation et participation à un mouvement insurrectionnel.

  • Qu’est-ce qui a motivé votre prise de position ?

 Amnesty International Sénégal considère que la privation de liberté est le stade ultime dans toute procédure judiciaire. Le principe de la présomption d’innocence est un élément fondamental dans cette procédure. Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue tout comme toute personne en détention a le droit de recevoir des visites de sa famille et de son avocat. Nous notons que depuis un certain temps, les détentions assorties d’interdiction de visite deviennent de plus en plus récurrentes au Sénégal. Outre le cas de Bassène, il y a celui d’Assane Diouf, un Sénégalais expulsé des Etats-Unis présentement détenu à Dakar, au Sénégal. Sa femme s’est plainte de ne pouvoir rendre visite à son mari. Amnesty International Sénégal attache du prix à ce que les droits de toutes les personnes arrêtées soient respectés.

  • René Bassène est toujours sans avocat. Allez-vous l’aider en avoir un ?

 Nous ne pouvons pas donner une réponse définitive à cette question à ce stade de la procédure et selon les informations à notre disposition. Il est évident que le système judiciaire sénégalais octroie d’office un avocat en phase de jugement et nous n’en sommes pas encore à ce stade. Nous continuons de suivre l’affaire et au moment opportun, nous aviserons.

  • Etes-vous en contact avec la famille ?

Oui, nous sommes en contact avec la famille. Notre relais local avait établi le contact avec la famille.

  • La presse sénégalaise semble ne pas s’intéresser à ce dossier, d’après le témoignage d’un journaliste.

 Il faut relever que l’essentiel des informations disponibles à ce jour sur cette affaire à été largement diffusé dans les médias notamment à la radio, la télévision et dans la presse écrite. Il en est de même de la conférence de presse du procureur de la république à Ziguinchor. La presse continue également à publier les informations y relatives. Un rapide tour sur internet permet de vérifier la disponibilité de l’information même si certains peuvent considérer que la presse en ligne n’en fait pas autant.

  • Quelles sont les démarches que vous avez menées pour rendre visite à ces personnes inculpées et incarcérées à la prison de Ziguinchor ?

 Amnesty International Sénégal rend régulièrement visite aux détenus à chaque fois que l’occasion nous en est donnée. Aujourd’hui, nous avons fini de faire le tour des établissements pénitentiaires du Sénégal. Si le besoin se fait sentir, nous organiserons une visite mais le plus urgent est que la famille et son avocat puissent entrer en contact avec lui. Le dossier est en instruction pour une durée maximale de six (06) mois. Il est important que lui et toute personne arrêtée dans ce cadre puissent recevoir la visite de leurs proches.

 

Ibrahim Falola

Laisser un commentaire