Medias: Le gouvernement éthiopien propose un honteux deal au journaliste Eskinder Nega

Medias: Le gouvernement éthiopien

Texte alternatif de la bannière

 Le Comité pour la protection des journalistes est sorti de son silence dans le dossier de notre confrère Ethiopien, Eskinder Nega. Par la voix de son coordinateur, il a condamné  les tentatives du gouvernement éthiopien de contraindre le journaliste et blogueur éthiopien, Eskinder Nega, à signer de faux aveux avant de le libérer par le biais de la grâce présidentielle.

Eskinder Nega, qui a passé près de sept ans en prison pour son travail, était l’un des 746 prisonniers devant être graciés par le président Mulatu Teshome, le 8 février, selon les médias. « Mais, par ce comportement déplorable, le gouvernement éthiopien qui a voulu libérer le détenu par ce procédé a sapé toute bonne volonté qu’il aurait pu générer, en libérant un innocent de prison », a déclaré Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ.

« Les autorités éthiopiennes devraient immédiatement libérer Eskinder Nega sans condition. » At-elle poursuivie.  « À 11 heures locales, un fonctionnaire de la prison était allé  demander à Eskinder de signer un formulaire indiquant faussement qu’il était membre de Ginbot 7, une organisation que le gouvernement considère comme un groupe terroriste« , a déclaré au CPJ Serkalem Fasil, l’épouse d’Eskinder. « Mais, Eskinder Nega a refusé et a demandé à voir un plus haut fonctionnaire. Cette demande n’a pas été acceptée, et le journaliste a été renvoyé dans sa cellule« , a déclaré sa femme.

« Eskinder Nega purge une peine de 18 ans d’emprisonnement pour de vagues accusations de terrorisme« , selon les recherches du CPJ. Le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a condamné son procès et sa condamnation en 2012. Et a déclaré qu’il était lié à son «exercice pacifique du droit à la liberté d’expression». Le groupe a trouvé que son arrestation sans mandat ne respecte aucune norme internationale d’équité.

Laisser un commentaire