Incendie à Keur Massar : Dieynaba Ndiaye inculpée, mais placée sous contrôle judiciaire

Dans l’affaire d’incendie, impliquant Dieynaba Ndiaye de «Geum Sa Bopp», le procureur de la République Amadou Seydi avait requis le mandat de dépôt, mais le juge d’instruction du premier Cabinet du Tribunal de grande instance de Pikine ne l´a pas suivi. Par ailleurs, le magistrat l’a mise sous contrôle judiciaire après l’avoir inculpée de pour “association de malfaiteurs, de complicité d’homicide volontaire et de menaces de mort”.

La première phase de l’enquête n’a pas permis d’établir la responsabilité de la responsable de «Gueum Sa Bopp» de Bougane Guèye Dany, Dieynaba Ndiaye, dans cette affaire, renseigne « L’Observateur ». Raison pour laquelle le Doyen des juges du tribunal de la banlieue dakaroise n’a pas suivi le parquet et a rendu une ordonnance contraire. Dans l’accusation, le ministère public avait visé, en plus de ces infractions retenues par le juge, celle de “coups et blessures volontaires” avec une Incapacité temporaire de travail (Itt) indéterminée sur la personne de Dié Wouli Ndiaye.

La responsable de «Gueum Sa Bopp», a été traduite en justice par  Aminata Assome Diatta de la coalition Benno Bok Yakaar après que la maison de Dié Wouli Ndiaye, une de ses militantes, ait été incendiée causant des blessures graves à son petit-fils de 3 ans et son mari de 65 ans. Elle a été arrêtée quelques jours après. Entendue, elle a été relâchée. Le dimanche 23 janvier 2022, après avoir voté, la politicienne a été cueillie devant son centre de vote.

En effet, les enquêteurs sont entrés en possession d’un audio dans lequel « elle menaçait de brûler Assome Diatta ». Dieynaba Ndiaye a confié avoir proféré ces menaces juste après que les éléments de la ministre du Commerce ont bastonné son Directeur de Cabinet. Une déclaration qu’elle avait faite en réponse à l’attaque, s’est-elle justifiée. Le relai de l’enquête a été pris par le juge d’instruction, et devra sûrement connaître de nouveaux développements.

Laisser un commentaire