Heurts avec les gendarmes: Le collectif « Hann village et environs » précise

Les manifestants qui ont incendié des pneus ce weekend au niveau du croisement Capa à Hann, près de la gendarmerie, ne protestaient pas pour des indemnités. Les intéressés ont tenu à en faire la précision, suite à des heurts qui ont opposé les manifestants aux gendarmes. « En vérité, nous protestons pour la construction de passerelles pour sécuriser la traversée et des rails et de la route pour les piétons, y compris les élèves de l’école primaire Doudou Mbathie et du Cem de Hann qui sont situés de part et d’autre des rails », confie-t-on. 

Membre d’un collectif qui regroupe les habitants de la communauté de Hann village, Hann-sur-mer et environs, ils ont voulu tirer la sonnette d’alarme après l’inauguration d’un nouveau pont il y a à peine 10 jours dans la localité, derrière le parc de Hann. « Personne ne peut passer dessus sans menacer sa propre vie. Alors qu’on pourrait construire une passerelle, laisser les piétons passer de l’autre côté et laisser les voitures sur le pont », propose ce dernier. 

Sur le pont, indique-t-il, la voie est étroite et l’allée trop petite pour les piétons qui viennent des deux quartiers hyper fréquentés. Il y a donc un risque sécuritaire qu’encourent ces piétons en enjambant le pont, alerte notre interlocuteur. 

Il est difficile, regrette-t-il, de « Circuler librement », d’où leur appel à « sécuriser la circulation des piétons, surtout des élèves et des gens qui vont vers le marché, vers le débarcadère. C’est une zone à très grande circulation à cause du port, une zone hyper fréquentée parce que c’est le lieu de passage entre les deux quartiers de Hann», à savoir Hann village et Hann-sur-mer, explique le collectif qui demande aux autorités de remédier à cette situation aux risques multiples.

LAISSER UN COMMENTAIRE