Harcèlement sexuel : une hôtesse du PSG sort du silence et finit...

Harcèlement sexuel : une hôtesse du PSG sort du silence et finit sur la touche

Harcèlement sexuel : une hôtesse

C’est l’ultime avatar du foot business qui passe par la case prud’hommes. Une ancienne salariée du Paris-Saint-Germain vient d’assigner son ex-employeur pour répétition abusive de CDD. A priori un classique conflit du travail, mais doublé d’un soupçon de harcèlement sexuel, dont le PSG n’aurait pas su la protéger. Blandine (1) est hôtesse d’accueil, chargée d’une loge VIP au Parc des princes pouvant accueillir quelque 650 happy fews, moyennant 11 000 euros d’abonnement annuel, pour assister aux matchs à domicile du PSG. Entre août 2016 et janvier 2018, elle aura enchaîné pas moins de 37 CDD, parfois signés pour quelques heures seulement. C’est son premier grief prud’homal : le syndicat CFE-CGC, qui l’épaule dans sa démarche, dénonce ainsi un très riche club de foot qui «favorise le maintien d’une précarité de ses salariés dans le seul but de leur imposer une contrainte économique». A l’entendre, le PSG, qui emploie quelque 700 personnes (outre une trentaine de footballeurs professionnels qui n’ont pas besoin de syndicats car déjà largement pourvus en agents), n’hésiterait pas à surfer sur le code du travail : en l’espèce, les matchs au Parc, prévus de longue date par le calendrier de la Ligue 1, pourraient parfaitement faire l’objet d’un CDI dit «saisonnier» – sur dix mois, amputés de la trêve estivale. Réplique du club : ces contrats saisonniers seraient plutôt réservés aux vendanges et autres récoltes agricoles, qui s’étalent deux mois sur douze et non l’inverse. Le tribunal tranchera sur ce point précis du droit du travail.

 «Forcer une relation»

Cette série de CDD s’est brutalement interrompue quand Blandine s’est plainte de plusieurs cas de harcèlement sexuel. En décembre 2017, l’un des animateurs de loges du Parc des princes, prestataire externe qui n’est donc pas salarié du club, se serait introduit dans son vestiaire, en se faisant passer pour son époux auprès des deux vigiles à l’entrée, en vue selon elle de «forcer une relation affective». D’après son mémoire écrit devant les prud’hommes, ce serait une «pratique courante le concernant».

En janvier 2018, elle se plaint cette fois de l’attitude d’un patron de PME ayant un abonnement annuel en loge, réfractaire au port d’un bracelet au poignet, qui fait office de pass VIP, sous prétexte d’allergie au nylon… Il exigerait «des hôtesses que son bracelet d’identification ne lui soit pas accroché au poignet mais à la ceinture, à quelques centimètres de sa braguette». Blandine réclame alors que cette tâche soit désormais dévolue à un agent de sécurité mâle. D’où cette réaction, selon elle, du patron de PME : «Il protestait avec véhémence, ne comprenant pas pourquoi un agent masculin lui pose le bracelet à la place d’une hôtesse.»

Mesure de rétorsion ou hasard du calendrier ? Blandine n’obtiendra plus jamais un seul contrat auprès du PSG. «Pour des raisons de délais et d’effectif», selon un mail administrativement glacial. Interrogée par Libération, la direction du club souligne qu’elle ne dispose dans ses archives «d’aucune trace écrite» des plaintes de l’hôtesse pour harcèlement sexuel.

L’avocat du PSG en matière sociale, Benjamin Louzier, va encore plus loin : «Il n’y a rien là-dessus. Le club est droit dans ses bottes mais en a ras-le-bol d’être pris pour cible. On l’attaquera en diffamation si nécessaire.» Chiche, rétorque la CGC : «Allez-y, cela nous va très bien ! On a des pièces et des témoins.» Sans vouloir se substituer à la justice, qui statuera en son temps, très long, Libération peut faire état d’un précédent compte rendu d’un match PSG-OL, en mars 2017, où l’hôtesse se plaignait déjà de ce «client allergique au bracelet, refusant qu’un agent le mette à sa ceinture. Une hôtesse l’a fait pour éviter que la situation n’empire», car le client est roi. La direction du club de foot aurait donc été alertée en amont, fut-ce une seule fois, de ce type de dérive.

Le harcèlement sexuel est défini pénalement comme «le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste qui, soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante». Les faits dénoncés par Blandine pourraient entrer dans ce cadre. Avec cette précision importante : ils n’auraient pas été commis par un dirigeant du PSG sur une de ses employées, mais par un client et un prestataire extérieurs au club. Entre ici en scène le code du travail, d’où la saisine du tribunal des prud’hommes, même si un futur déballage pénal n’est pas exclu : «L’employeur prend toutes les dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d’y mettre un terme et de les sanctionner.»

La CFE-CGC souligne qu’il s’agit là d’une «obligation de résultat» de l’employeur et dénonce «l’inertie et l’omission volontaires de la société anonyme sportive professionnelle (SASP) Paris-Saint-Germain, qui n’a rien fait pour la protéger». Tout en admettant que «l’employeur doit protéger ses salariés», Me Louzier rétorque qu’il ne s’agirait plus, selon une récente jurisprudence, que d’une «obligation de moyens renforcée».

«Travail dissimulé»

Cerise sur le gâteau prud’homal, le syndicat estime que le club de foot n’aurait pas versé en faveur de Blandine les cotisations employeur auprès de son régime de retraite complémentaire, contrairement à ce qui était indiqué sur sa fiche de paie. «Travail dissimulé», traduit juridiquement la CGC, qui réclame 50 000 euros de dommages et intérêts au Paris-Saint-Germain pour l’ensemble de son œuvre.

Simple bug informatique, rétorque le club, la caisse de retraite en question, Réunica, ayant deux ans de retard sur ses fichiers : «Vous imaginez bien que le PSG ne va pas s’amuser à gratter quelques centaines d’euros… Tout a été versé.» Sur ce point, la direction du club parisien, très soucieuse de prouver sa bonne foi, nous a fourni toutes les attestations Urssaf, des preuves de versements du PSG à Réunica mais qui ne mentionnent pas explicitement le nom de Blandine. «Ils sont bien gentils, mais qu’ils nous en apportent la preuve», rétorque la CGC. «On ne peut pas donner plus», s’insurge le club.

Les deux parties s’accordent au moins sur un point : «Nous avons des témoins à faire citer.» C’est précisément l’objet de la saisine prud’homale, en vue de nommer des conseillers rapporteurs chargés d’entendre «les salariés présents lors des événements signalés». Sur le harcèlement, le PSG dit avoir sondé des agents de sécurité affirmant n’en avoir jamais entendu parler. Le match ne fait donc que commencer.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App