Grande Audition: « S’ils veulent des films pornos, ils n’ont qu’à les produire ou les acheter », Mme Awa Ndiaye

Grande Audition: "S'ils veulent des films pornos

La présidente de la commission des données personnelles est furieuse contre les voleurs de données personnelles comme contre certains journalistes irresponsables. Déçue aussi par la timide réaction du gouvernement sénégalais qui, sur des faits très graves de société et confronté à la multitude des crimes liés à l’internet comme aux réseaux sociaux, a préféré rester silencieux. Face à ces drames tus de la société, Mme Awa Ndiaye tire la sonnette d’alerte. Dans cette Grande Auditions de la rédaction de Kewoulo elle parle avec le coeur, sans fioriture. Entretien exclusif…

Elle aurait préféré une actualité plus calme, un climat social plus apaisé. Et ne pas avoir à s’afficher sur les petits écrans. Mais, la multiplication des plaintes, de victimes de plus en plus nombreuses, a chamboulé l’agenda de la présidente de la commission des données personnelles et poussé Mme Awa Ndiaye à se mettre sur le devant de l’actualité. Pour parler de sa commission, la CDP, et crier haro sur les gérants de sites pornographiques qui mettent à l’affiche des vidéos à caractère personnel. Avec l’affaire Mbathio Ndiaye -cette danseuse devenue chanteuse qui a fait des photos intimes partagées à grande échelle sur les réseaux sociaux-, qui a été le déclencheur d’un phénomène nouveau de voyeurisme collectif, à l’affaire Birima Mangara -un complot tendant à créer de fausses discutions salaces, pour incriminer l’épouse du ministre du budget-, les Sénégalais ont découvert combien ils sont devenus vulnérables.

Première autorité devant rassurer les populations et assurer la sécurité de leurs données personnelles, Mme Awa Ndiaye est consciente de l’importance de son rôle dans ce monde de plus en plus numérisé. Et à l’aise pour en parler. Face à la rédaction de Kewoulo, la présidente de la CDP a déclaré qu’elle ne cherche pas simplement à faire fermer les sites pornographiques qui utilisent des films mettant à l’écran des femmes sénégalaises à leur insu et de manière dégradante. « Ce que nous leur demandons, c’est qu’ils produisent eux-mêmes leurs films pornos ou les achètent. Mais, qu’ils arrêtent de voler des vidéos comme des photos faites dans un cadre privé pour les mettre sur internet. » A précisé Mme Awa Ndiaye.

Si une frange partie de la population met les « actrices » et les diffuseurs de films pornos dans le même lot, en taxant de perverses celles qui ont fait ces films kharam, la présidente de la CDP, elle, s’est abstenue de toute critique. De toute leçon de morale. « Elles ont fait une vidéo privée destinée à leur copain, à leur fiancé ou leur mari, nous ne pouvons pas accepter que ces films se retrouvent sur des sites pornos« , a martelé Mme Awa Ndiaye. Si elle est la première protectrice des données personnelles au Sénégal, Mme Awa Ndiaye a fait remarquer qu’elle ne peut ni se suppléer à la police ni à la justice. « Ce que nous pouvons faire, c’est accompagner les plaignantes vers les services judiciaires. Et pousser l’institution judiciaire à instruire ces dossiers et aboutir à des condamnations » A précisé la présidente de la CDP.

Alors qu’on s’attendait à voir la Commission accompagner toutes les victimes de vol de données personnelles dans leurs démarches administratives comme quotidiennes, la présidente de la CDP a tenu à dire qu’elle ne peut pas s’autosaisir dans toutes les affaires. Et mener, à leur place, le combat des victimes. L’icone, malgré elle, de la lutte contre la cybercriminalité au Sénégal et la manipulation numérique, Mme Mangara Ndèye Maty Fall qui a mené son combat, toute seule, jusqu’à la victoire sociale d’abord et judiciaire ensuite, n’a jamais vu Mme Ndiaye et sa commission à ses côtés. Mais, pour sa défense, Mme Awa Ndiaye a une réponse toute légitime : « Mme Mangara ne nous a jamais saisis. Et nous ne pouvons pas mener d’action, dans son cas, si nous n’avons pas été saisis. » Et malgré cela, en regardant droit dans l’objectif de la caméra de Kewoulo TV, Mme Awa Ndiaye a affirmé avoir été peinée par le cas Mme Mangara, Ndèye Maty Fall, et avoir suivi tout le processus.

D’ailleurs, cette affaire emblématique du combat digne et acharné, d’une femme bafouée, insultée et piétinée, contre la cybercriminalité a servi d’exemple à Mme Awa Ndiaye pour demander aux membres du gouvernement de se bouger. « Cette affaire Mme Mangara doit nous servir de leçon pour comprendre que nul n’est à l’abri de ces criminels. Et j’attendais une forte réaction du gouvernement, depuis cette affaire. Et, finalement, elle est arrivée par la déclaration du Premier ministre qui a répondu à mon cri de cœur. » S’est félicitée Mme la présidente. Alors que les Sénégalais avaient pris son appel à autoriser la fermeture de Seneporno comme un aveu de faiblesse, Mme Awa Ndiaye a affirmé que, en faisant cela, elle voulait simplement susciter un débat national et pousser le gouvernement à sortir de son mutisme. De son inaction.

Comme avec l’Etat, la présidente de la Commission des données personnelles a créé un électrochoc dans la magistrature en demandant au directeur du centre de formation des magistrats d’inclure un module sur les données personnelles dans le programme des futurs acteurs de la justice. Aussi, si les crimes et délit qu’elle regarde sont nationaux, les criminels, eux, sont furtifs, virtuels, internationaux et presque insaisissables. Alors, pour mettre un terme à leur agissement sur le territoire national, Mme Awa Ndiaye -qui ne dispose pas de brigade spéciale avec de gros moyens- a un allié qu’elle croit de taille : la division de la cybersécurité.

Ce service logé dans l’annexe du ministère de l’intérieur est son bras armé. Mais, malgré leur engagement et leur détermination à dénouer des puzzles d’apparence difficiles à percer, les policiers de l’ex-brigade de la cybercriminalité sont limités en moyens. Mais, ces ratés ne constituent pas, pour Mme Awa Ndiaye, des blocages. Elle croit ferme qu’elle réussira à faire changer de camp l’insomnie qui habite les victimes de ces voyous du net.

Laisser un commentaire