Société: En garde à vue, Coumba Yade a agressé 3 policiers de Guédiéwaye et continue de réclamer son bébé

En garde à vue, Coumba Yade

L’affaire Coumba Yade, du nom de cette fille de Pikine qui avait poignardé son bébé de 3 mois pour « punir son mari » qui lorgnerait sa soeur cadette, a connu un rebondissement. Kewoulo Investigation qui est retourné sur les lieux du drame a recuilli, en exclusivité, les confidences de Mme Anta Guèye. Devant les caméras de Mamy Corréa, la mère des soeurs Yade est revenue sur le drame de ses enfants. Le lourd héritage d’une famille de possédés originaire du fin fond du Ndiambour et qui vit depuis plusieurs générations avec des histoires dramatiques. Des fins tragiques causées par des Djins….Révélation.

Une élève pas comme les autres

Avant Coumba, il y avait Khady. La cadette, la plus imprévisible des soeurs Yade. La forcenée belle petite soeur, collectionneuse de maris et sadique comme il n’est pas possible de lui trouver une doublure à Pikine. Khady Yade, c’est l’histoire d’une fille sans histoire qui, du jour au lendemain, après plusieurs heures de prières et de recueillements, s’est transformée en une véritable terreur. Tyrannique et sanguinaire. Même si elle n’a jamais fait l’objet de poursuites judiciaires, la cadette des soeurs Yade, à force de s’attaquer aux siens, a fini par se faire une réputation de dangereuse et satanique.

Mariée à 3 reprises, elle a toujours réussi à faire fuir ses maris respectifs en menaçant de les tuer avec un couteau où de les ébouillanter pendant leur sommeil. Et lorsqu’elle ne menace pas, Khady exécute les ordres que lui donneraient ses Djinns, en agressant physiquement les siens comme lorsqu’un jour, alors que sa mère lui avait donné de l’argent pour se payer du pain au petit déjeuner, elle est partie s’acheter un couteau. « Elle est venue à ma rencontre et a engagé une bagarre avec moi. Alors que je pensais qu’elle devait m’imposer un corps à corps, elle m’a planté la lame dans les côtes« , a révélé la mère de famille.

Secourue et soignée par les siens, Anta Guèye a, aussi, subi une double fracture des doigts; blessures causées par cette même redoutée Khady. Alors que tous croyaient que Khady était le chat noir des Yade, voilà que Coumba Yade, qui jusque-là n’avait jamais fait parler d’elle, s’est mise à miauler. Plus fort que Khady et à griffer tout le monde. A troubler la quiétude de la cour commune lorsque ses démons revenaient la harceler. A suivre les traces démoniaque de sa cadette.

« C’est à la veille du Maagal de Touba. Un jour, alors qu’elle venait d’avoir son Bfem, elle a décidé de tout plaquer pour suivre une sois-disante formation. » A rappelé la mère. Mais, en lieu et place d’une formation diplomante, elle a ramené un homme. Un saisonnier malien employé comme manoeuvre sur le chantier de l’arène nationale. « Alors qu’elle a toujours refusé les demandes de mariage de ses cousins, elle a décidé d’épouser ce malien qu’elle venait juste de rencontrer« , a rappelé sa mère. Et la famille qui a refusé de bénir ce mariage incongru avec un inconnu a eu la surprise de sa vie, en apprenant que Coumba Yade était enceinte, des oeuvres de Tata Sanogo dit Papa.

A lire aussi : Sénégal: Tragique destin d’une famille possédée jusqu’à l’infanticide de Coumba Yade

Passé le temps des surprises, les Yade se sont remis à cohabiter avec leur gendre et leurs démons. Mais, aussi avec les crises de plus en plus violentes et répétées des soeurs Yade. Et alors que l’on pensait qu’avec la maternité Coumba allait connaitre une pause dans ses crises, voila que les démons l’ont à nouveau assailli. Avant son entrée en action, c’est sa soeur qui a ouvert le bal des hostilités, en éloignant leur mère de la cour commune. « Alors que je n’avais aucun probleme avec elle, Khady Yade était venue me chercher au marché pour me demander de me rendre au commissariat pour répondre aux policiers. Et, là-bas, j’ai expliqué aux policiers que ma fille était possédée. » Se remémore Anta Guèye qui était, ce jour-là, accompagnée de sa fille ainée: la seule, pour le moment, épargnée par ses maudits Djinns.

Et pendant que Anta Guèye s’expliquait avec les policiers de Pikine sur les démons de sa fille, dans sa demeure venait de se commettre l’irreparable. Piquée par on sait qu’elle mouche, Coumba a descendu son bébé dos, l’a lavé, poponné et l’a poignardé à mort. Alors que le duo croyait fini le cauchemar Khady Yade voila que l’arrivé de la nouvelle de l’infanticide de Coumba le plonge dans un drame interminable. Dans la cour commune, le frêle corps sans vie de bébé Ousmane était posé par terre, gisant dans une mare de sang. Il venait jusqte d’avoir 3 mois.  Et dans ses délires, la meurtrière justifiait son acte en disant punir son mari qui lorgnerait sa petite soeur.

Aussitôt informés, les policiers du commidssatiat de Pikine sont venus cueillir la criminelle pour une longue et mémorable garde à vue. Mais, n’étant plus de ce monde normal et normé, Coumba Yade en a fait voir des verts et des pas mûrs aux policiers. A Pikine d’abord où elle est restée plus de 72 heures. A Guédiéwaye ensuite où, à en croire ses proches, elle a passé plus deux semaines dans la chambre de sureté.

Dans chacun de ces lieux de privation, elle a marqué ses geoliers par l’incohérence de son discours; réclamant tout le temps son « Bébé Ousmane » qu’elle venait pourtant de tuer comme son « Papa Cherie » qui ne venait pas la voir. Même si elle est étrangère à tout ce qui se dit autour d’elle, donc contre elle, elle savait par contre que ses hommes en tenue étaient là pour l’empêcher de s’en aller. De retourner chez elle et reprendre sa place auprès de son mari. Et ça, vraiment, ça a le don de l’énerver. Et, elle s’en est ouvert à sa mère, en de nombreuses reprises. Et lorsqsue l’occasion lui a été donnée d’avoir un de ses policiers à portée de mains, elle n’a pas hésité à les griffer. Et de leur déchirer la tenue. PLacée en détention à la maison d’arret pour femmes du Camp Pénal, Coumba Yade s’est emmurée dans un silence terrible. Et son réveil risque d’etre fatal à une de ses….gardiennes ou codétenues.

 

 

Laisser un commentaire