Gangs et voleurs de bétails en période de Tabaski: Dakar sous haute surveillance policière

A une semaine de la Tabaski (Aïd elKébir) presque tous les rues et carrefours de Dakar sont transformés en points de vente de moutons. Une période propice aux gangs de voleurs de bétail qui multiplient les braquages et les cambriolages à main armée. D’où l’impressionnant dispositif mis en place par le directeur général de la Police pour quadriller nuitamment Dakar.Le constat est le même ! Partout à Dakar et sa banlieue, les rues, carrefours et terrains vagues sont transformés en points de vente de moutons. Sans oublier certains coins et recoins des concessions érigés en enclos provisoires le temps d’une fête. Pour dire que la capitale est devenue un gigantesque « Daral (point de vente de bétail) » à ciel ouvert. Une période propice aux gangs de voleurs de bétail qui multiplient les braquages et cambriolages à main armée. L’année dernière à pareille période, dans certains quartiers de Dakar tels que Hann-Maristes, Patte-d’oie, Cité Lobatt Fall et Yoff-Diamalaye, des cas de cambriolages audacieux et spectaculaires avaient été signalés.

Le modus operandi des voleurs est presque partout le même et il ne varie pas d’une zone à une autre. Ainsi, les malfrats font irruption dans des points de vente ou enclos domestiques. Après avoir violenté et ligoté les vendeurs, ils embarquent les bêtes à bord de leur fourgon ou véhicule de type L200. Pour couvrir leur retraite, ils tirent des coups de feu avant de disparaître nuitamment dans la nature. Pour prévenir le risque d’augmentation des cambriolages à la faveur de l’arrivée massive des moutons, le directeur général de la Police national, le général Ousmane Sy et le Directeur de la Sécurité publique (Dsp), le commissaire Abdou Wahab Sall, ont mis en place un impressionnant dispositif policier à Dakar et sa banlieue.

Un dispositif qui rappellerait presque, par son ampleur, le couvre-feu nocturne levé récemment et qui avait été instauré dans le cadre de l’état d’urgence ! Allez vous aventurer nuitamment dans les rues et ruelles de Dakar, de même qu’aux alentours des points de vente de moutons. Il est aisé d’y constater que des policiers multiplient les contrôles routiers, les patrouilles à pieds, les filatures à bord de scooters ainsi que des vérifications d’identité aux niveau des cars de transports en commun, véhicules particuliers et autres taxis circulant la nuit.

Pour dire que la police nationale est en alerte maximale contre les gangs de voleurs de bétail en cette période de Tabaski. Ce même si ce dispositif impressionnant ne saurait suffire sans la nécessaire vigilance des populations invitées à collaborer c’est-à-dire dénoncer aux policiers le moindre suspect ou lieu de repli pour voyous.

Laisser un commentaire