Covid-19 : Le déni et la stigmatisation, les deux autres virus à combattre

A ce jour, le Sénégal s’approche des 10 000 cas de personnes touchées par la Covid-19. Ce, après avoir enregistré son premier cas de la maladie à coronavirus le 2 mars dernier. Cette situation a plongé le pays dans un contexte épidémiologique sans précédent d’une telle crise sanitaire. Laquelle doit être conjuguée à une communication de crise qui n’est pas du tout maîtrisée, selon les autorités sanitaires.

Ainsi, le Conseil national de lutte contre le sida (Cnls) a organisé un atelier de formation à l’intention de l’Association des journalistes santé, population et développement (Ajspd) sur «La Covid-19 : le déni, la stigmatisation et la discrimination», ce vendredi 24 juillet, au Service national de l’éducation et de l’information pour la santé (Sneips).

L’objectif général est de contribuer à la lutte contre la Covid-19, par la diffusion d’une bonne information sur la pandémie. Mais également de renforcer les journalistes sur l’évolution du coronavirus. «Le déni, la stigmatisation et la discrimination constituent un frein à la lutte contre la pandémie. C’est dans ce contexte que l’Ajspd continue de renforcer les capacités de ses membres pour un meilleur traitement de l’information sur la Covid-19».

«Au Sénégal, le nombre de cas augmente chaque jour, avec son cortège de morts»

Le représentant de la secrétaire exécutive du Cnls, Docteur Safiétou Thiam, d’expliquer : «Au Sénégal, le nombre de cas augmente chaque jour, avec son cortège de morts. Cette tendance risque de continuer, surtout avec l’augmentation des cas de transmission communautaire, facteurs par excellence de la propagation rapide de la pandémie.»

Avant de poursuivre : «Mais le gouvernement a déployé des efforts pour endiguer cette pandémie à travers le ministère de la Santé et de l’Action sociale. Lesquels risquent d’être annihilés à cause d’un certain nombre de comportements et d’attitudes au sein des communautés dont certains membres semblent ne pas mesurer la gravité de la situation.»

Il s’agit, notamment, rappelle-t-il, de la discrimination dont sont victimes le plus souvent les personnes infectées de la Covid-19 et le déni de l’existence même de la maladie. Toutefois, il a laissé entendre que ces deux phénomènes, qui prennent leur source dans la communauté, doivent être combattus par une approche communautaire.

Laisser un commentaire