Festival de Mangoukouroto : Yaya Diatta veut d’abord panser les blessures du MFDC avant d’aller aux négociations

Festival de Mangoukouroto

Le dernier week-end a été un grand moment de partage à Ziguinchor. Réunis à Magoukouroto, les membres et sympathisants du MFDC se sont retrouvés au siège du bureau local du mouvement rebelle pour inviter les jeunes à retourner aux cultures casamançaises. La musique étant un moyen naturel de revendication culturelle, les anciens compagnons de Abdou Elinkine Diatta se sont aussi souvenus de leur charismatique leader assassiné il y a quelques mois à Mlomp où il était venu participer à une rencontre culturelle.

Regroupés à Mangoukouroto d’où est partie la fameuse marche de 1982, marche réprimée dans le sang et qui a conduit à la naissance de cette rébellion casamançaise, les membres et sympathisants du MFDC ont décidé de se réapproprier la culture casamançaise. Comme l’avait initié le défunt pionnier, Abdou Elinkine Diatta, tué le 27 octobre 2019 à Mlomp, le festival Sindola a vécu. « Il s’agit, selon les vœux de son initiateur, d’encourager les jeunes casamançais à se réapproprier leur culture. De s’ancrer dans leur tradition. » Et en l’absence de Abdou Elinkine, c’est Yaya Diatta le pseudo Vice président du MFDC qui a conduit les travaux aidé en cela par des ténors du mouvement rebelle.

« C’est parce que les jeunes de notre région n’ont jamais eu l’occasion de rendre visible leur talent que nous avons créé ce festival. Pour que nos jeunes participent à préserver notre culture afin que les générations futures puissent les connaitre. » A déclaré Yaya Diatta. Comme lui, Edmond Bora, l’un des idéologues du mouvement dans les années 80 a tenu à rappeler que « c’est pour continuer à montrer la culture de leurs ancêtres que Abdou Elinkine Diatta et ses camarades ont pensé ce festival ». Aussi, les festivaliers ont profité de l’occasion pour prier pour le repos de l’âme de Abdou Elinkine Diatta. Sevré de l’aura de leur leader, les camarades de Yaya Diatta aimeraient que le MDFC panse d’abord ses plaies en interne.

« C’est après cela seulement que nous pourront aller à la table des négociations et nommer un nouveau secrétaire général du MFDC et désigner un nouveau chef d’état major à Attika. » A déclaré Yaya Diatta. Ausssi, Edmond Bora voudrait que les journalistes viennent souvent s’enquerir de ce qui se passe à Mangoukouroto. « Si les gens entendent que Mangoukouroto n’est pas en train de mourir, c’est une très bonne chose. Parce que ici, on donnera toujours le message du peuple casamançais. »

LAISSER UN COMMENTAIRE