Drogue saisie au large de Dakar : les révélations de l’enquête

L’affaire de la drogue saisie record de drogue opérée par la marine Sénégalaise commence à livrer ses secrets. En vérité, indique le quotidien Libération, si les deux embarcations ont été immobilisées lors de l’opération, la drogue n’a été saisie que sur l’une d’elle pistée, depuis le ciel, par des drones de la Gardia Civil espagnol qui a travaillé main dans la main avec les forces spéciales sénégalaises.  

L’équipage est composé de deux Surinamiens (un petit pays d’Amérique du Sud) et d’un Écossais a été intercepté en même que la drogue. Quid de la seconde embarcation ? Peu avant d’arraisonner le navire dans lequel se trouvait la drogue, la marine a immobilisé un bateau de plaisance qui se trouvait dans le même secteur. Ses deux occupants, Amadou G. (Français d’origine Sénégalaise) et Faycal G. (Français d’origine Marocaine) jurent qu’ils se sont retrouvés à la mauvaise lace au mauvais moment.  
Les Forces spéciales Sénégalaises elles, croient dur comme fer qu’ils étaient de mèche avec les trafiquants de l’autre embarcation, pour ne pas dire qu’ils devaient réceptionner en plein mer , une partie de la drogue destinée au marché sénégalais. Selon les informations de Libération, Amadou M. et Fayçal G. ont quitté la Somone (Mbour), le même jour, à bord du bateau de plaisance pour rallier la Voile d’Or. C’est là qu’ils se sont retrouvés à 120 km au large de presque au même endroit ou la drogue a été saisie. Mais les deux mis en cause assurent qu’ils se sont perdus en mer avant que leur bateau ne tombe en panne. Ils ont nié tout lien avec les trois autres suspects. L’enquête qui sera forcément suivie d’une instruction devait permettre d’en savoir plus sur cette rocambolesque affaire.

Laisser un commentaire