Détenue engrossée par un agent pénitentiaire à Diourbel : L’Administration 
pénitentiaire parle d’informations infondées et se réserve le droit d’ester en justice

L’Administration pénitentiaire de Diourbel a démenti l’information selon laquelle « une détenue aurait été engrossée par un agent pénitentiaire à la Maison d’Arrêt et Correction », relayé par la presse vendredi.  Elle n’écarte pas d’ester en justice
contre toute action malveillante.

« Ce vendredi 14 août 2020, la presse en ligne a relayé en citant le journal l’observateur l’information selon laquelle « une détenue aurait été engrossée par un agent pénitentiaire à la Maison d’Arrêt et Correction de Diourbel » », souligne le communiqué.

Les informations données pour justifier l’article « Dans l’enfer de la maison d’arrêt de Diourbel » ne sont pas bien fondées. Il s’agit, selon le document, d’un « article tendancieux, très équivoque et tout laisserait à croire que les informations fournies sont actuelles ».

Selon l’administration pénitentiaire, le texte relate des faits encore à vérifier qui dateraient de 2009 voir 1995 pour justifier le titre de son article. L’Administration
pénitentiaire se désole du traitement inopportun de l’information qui est de nature à compromettre la sécurité des établissements pénitentiaires
et à jeter le discrédit sur l’institution pénitentiaire.

L’Administration
pénitentiaire tient à préciser que dans la détention il y a une séparation nette entre les différentes catégories de détenus (hommes, femmes et mineurs). Pour
terminer, l’Administration pénitentiaire se réserve le droit d’ester en justice
contre toute action malveillante.

Laisser un commentaire