COVID-19: Retour des inondations, repentons-nous et rendons grâce à Dieu, au lieu de chercher des boucs émissaires

Le Covid-19 comme le Retour tragique des calamités naturelles dont les inondations,  au-delà de l’impuissance de l’Homme à comprendre  les causes réelles et non secondaires  et à  faire face de manière durable, ont assurément un point de convergence,  le mystère autour du véritable élément déclencheur, sauf la prégnance de cette  « Puissante Main invisible ». L’angoisse existentielle pane et l’on n’a cesse de s’interroger sur le  Quoi ? Quand ? Où ?  Comment  de telles choses nous  arrivent?

Ainsi tout en s’inclinant devant la mémoire de toutes les victimes de ces catastrophes et priant pour que leur âme repose en paix au prés du Maître de l’Univers, tout en se disant que chacun d’entre nous pouvait se trouver dans pareille situation, il  urge d’abord de nous réconcilier  avec la Nature qui nous a été gracieusement gratifiée  par  le Seigneur, dans le respect de sa  diversité biologique, écologique, sa forme  et ses lois.

Nous devons  par conséquence nous évertuer à nous réconcilier avec le Seigneur en retournant à l’Ecriture révélée (Coran, Bible, Thorah). Dieu n’a rien créé en vain, nous enseigne-t-on. Mers, fleuves, rivières, lacs, mares, marais, montagnes, monts, vallées, plateau et plaines,  forêts et savanes, ont chacun, chacune  des fonctionnalités spécifiques mais qui visent toutes à  rendre la vie possible  aux différentes créatures mais avec des  faveurs et des opportunités  immenses  pour l’espèce humaine  pourvue  que celle-ci  se garde de tout transformer en risques, par vanité et gourmandise. Hélas, nous avons  beaucoup agressé puis courroucé notre Seigneuret avons par turpitudes et ambitions démesurées, transformé  le milieu naturel idyllique où  IL   avait bien voulu nous placer en jungle puis Enfer.

Faisons attention, tout ce qui nous arrive présentement n’est que Rappel venant du Seigneur! A l’évidence, de la même manière qu’IL ressuscitera les morts,  qu’IL fait revivre les terres mortes par Ses pluies, IL nous avertit  à travers  ces inondations que par Sa grâce  et Sa Miséricorde que  toutes « les zones bleues » peuvent bien se renflouer encore, les fleuves et Rivières recouvrer leurs lits d’antan, les déserts, redevenir luxuriants et verdoyants. Rendons lui donc Grâce au lieu  de chercher des boucs émissaires ou de nous morfondre dans un orgueil cartésien, aujourd’hui rudement éprouvé par le COVID-19.

Aussi un Plan  décennal  ou Plan d’urgences de lutte contre les inondations, même avec un budget équivalent au budget national, ne saurait  porter au bout de leurs peines tous ceux-là qui ont défié la Nature en s’en prenant à ses habitats naturels.  C’est là une entreprise Herculienne et Sisyphienne, perdue d’avance. La problématique est dans un plan d’aménagement global du Territoire qui  n’est pas que d’ordre infrastructurel, mais qui tienne compte  de la cohérence écologique,  du respect  de l’harmonie  des habitats naturels. A la suppression  des Zones bleues par un drainage vers la mer comme préconisée par certains, il faut plutôt libérer ces Zones pour rétablir leur lien vital avec la nappe phréatique qui alimente puits et forages, il s’agit de procéder à une restructuration de nos villes. Devons –nous nous alarmer outre mesure de la situation  d’ouverture des vannes du ciel devant l’autre angoisse suscitée par la baisse et la dépréciation des nappes souterraines  qui ont provoqué le tarissement de beaucoup de puits, l’arrêt des forages ou encore  devant l’enjeu ou le défi mondial de l’eau, potentielle source de troisième Guerre Mondiale, ou devons-nous garder la Foi et rester stoïque dans le respect strict des lois de la Nature ? Voilà les bornes de tout plan d’urgence. Que dans sa miséricorde infinie, pour revivifier sols, forêts,  pâturages, cultures,   pour nous abreuver ainsi que tous les bestiaux, prions pour  que cette eau soit toujours abondante, bénie, utile.

Walmaakh Ndiaye

Laisser un commentaire