Coups et blessures volontaires : Lamine Gadiaga assène un coup de machette sur la tête de son ami

Le cocher Lamine Gadiaga a eu un différend avec son ami Abdoulaye Kébé Ndiaye. Lors de la bagarre qui s’en est suivie, il a donné un coup de machette sur la tête du prévenu. Le procureur a requis l’application de la loi. L’affaire est mise en délibéré pour le 13 mai prochain.

Abdoulaye Kébé Ndiaye a eu une interruption temporaire du travail de 14 jours suite à l’incident qui l’a opposé au prévenu Lamine Gadiaga. Interrogé à la barre du tribunal de Pikine Guédiawaye, le prévenu a pourtant soutenu que la victime, Abdoulaye Kébé Ndiaye, est son ami. « Cela faisait un bail que je ne l’avais pas vu. Lorsqu’on s’est rencontrés au niveau de Yeumbeul, on s’est salué et je lui ai dit amicalement : « domou… » (fils de…), tu m’as laissé tomber ».

« Au vu de sa réaction, j’ai compris que mes propos ne lui ont pas plu. Après des échanges de propos, Et visiblement, on s’est bagarré. Au cours de cette bagarre, je lui ai administré un coup de bâton sur la tête lui occasionnant une blessure », a confié le charretier aux juges.

Interrogé par la présidente du tribunal, le plaignant a soutenu que lui et la partie civile n’étaient plus des amis et ne se fréquentaient plus. « On s’est croisé et il a commencé à me taquiner alors que je n’étais pas de bonne humeur. Je me suis fâché. Il m’a insulté de mère, ce que je ne pouvais pas concevoir. On s’est battus. On nous a séparés. Je lui ai tourné le dos pour reprendre mon chemin et c’est à partir de là-bas que j’ai perdu connaissance. Lorsque je me suis réveillé, j’étais à l’hôpital. Le médecin m’a prescrit une interruption temporaire du travail de 14 jours » a-t-il relevé.

La présidente du tribunal a fait remarquer au prévenu que, lors de l’enquête préliminaire, il avait déclaré qu’il avait donné un coup de machette à son antagoniste alors qu’à la barre, il s’est rétracté pour dire qu’à la place de la machette, c’est un bâton. Le prévenu a juré sur tous les saints qu’il n’a jamais tenu les propos retranscrits par la police dans le procès-verbal.

Le procureur a requis l’application de la loi. La défense assurée par Me Amadou Sall a soutenu qu’il ne s’agit pas d’une agression destinée à dérober quelque chose. « Très probablement, ils se connaissent. Ils se sont insultés puis bagarrés. C’est quelque chose qui a mal tourné. Mon client a tort sur toute la ligne. Il faut lui donner une autre chance dans la vie. Il est jeune. C’est un délinquant qui a commis un délit et qui demande une autre chance. Je demande la compassion en lui accordant les plus larges circonstances atténuantes » a plaidé Me Sall. L’affaire est mise en délibéré pour le 13 mai prochain, rapporte Le Témoin qui a assisté à l’audience.

Laisser un commentaire