Corruption à l’IAAF- Les regrets de Lamine Diack : «j’aurais dû plus surveiller mon fils »

Mis en examen, par le justice française, dans l’affaire de corruption à l’IAAF ( International Association of Athletics Federations ), Lamine Diack a été entendu au courant du mois de juin dernier. Confronté aux agissements de son fils Papa Massatta Diack, Diack père dira : « j’aurais dû plus surveiller mon fils ».

Selon le quotidien français « L’Equipe » qui donne l’information, l’ancien président de l’IAAF, qui est resté 3 ans sans répondre à la justice française, a été pour la dernière fois entendu le 19 juin dernier, dans cette affaire. Devant le juge français Van Ruymbéké, le Sénégalais âgé de 86 ans a regretté les pratiques de son fils, consultant marketing auprès de l’instance mondiale d’athlétisme. 

« Je savais qu’il faisait du lobbying, comme Sebastian Coe. Mon fils était un des meilleurs au monde en matière de marketing », a répondu Diack père au juge qui lui rappelle que son fils avait reçu d’importantes sommes d’argent à l’occasion de vote de Cio et de l’IAAF pour les championnats du monde. 

Avant de charger Hulmut Digel qui avait remis à la justice française des documents qui mouille Papa Massata Diack et qui avait dit au juge que « Lamine Diack était choqué et énervé et a dit à son fils que si ces documents étaient rendus public, s’en serait fini de lui comme président ». « M. Digel raconte des histoires. Il aurait pu mettre fin à toute collaboration avec lui, il ne l’a pas fait. J’ai dit à mon fils que c’était une connerie », s’explique-t-il. 

« Mon fils dépendait de M. Digel »

Il ajoute : « C’est lui qui avait tout le pouvoir. On a eu cette réunion. Cela m’a choqué, mais c’était Digel qui était entièrement responsable. Mon fils dépendait de M. Digel ». 
 Mais, regrette-t-il « après coup, je me dis que j’aurais dû plus surveiller mon fils et d’autres. En lisant le dossier, je découvre certaines choses, je tombe des nues ». 

Sur l’attribution des Mondiaux 2017 et 2019, Lamine Diack de raconter : « le Qatar disait qu’il apporterait un sponsor, la Qatar National Bank, qu’il allait faire des pistes d’athlétisme dans plusieurs pays et payer des primes aux athlètes à la place de l’Iaaf. Moi, j’étais pour Londres. J’ai donc demandé à Sébastian Coe d’appeler le ministre britannique pour qu’il prenne en charge les primes des athlètes pour gagner. Doha était persuadé qu’il allait gagner puisqu’il allait apporter la Qatar National Bank, 30 millions d’euros, payer les athlètes 7,5 millions et créer 12 pistes. Avant le vote, le Qatar ne s’est pas proposé pour 2019, il voulait 2017. J’aurais pu dire qu’au moment du vote qu’on réservait 2019 au perdant, mais le Qatar n’en voulait pas ».

L’ancien président de l’Iaaf a aussi nié les pots-de-vin que la délégation du Qatar aurait versé à la fédération d’athlétisme : «Il y a eu une enquête par le comité d’éthique, qui n’a rient trouvé. Les allégations n’étaient pas avérées. (…) ». 

 Sur sa relation avec l’émir du Qatar, Diack-père de révéler : « C’était un ami, un mordu d’athlétisme. Mons fils, du temps d’Isl (société suisse de marketing sportif), était allé à Doha où il s’était occupé du premier tournoi de tennis et il a découvert que l’émir était passionné d’athlétisme. Il le connaissait. Un jour, l’émir m’a invité à passer une journée en famille dans le désert. Lui, j’aurais pu lui demander de payer des primes, etc. C’était bien avant, il y a longtemps. Avant son abdication. L’émir était malade ». 

LAISSER UN COMMENTAIRE