Chronique: C’était donc ça l’aveu de culpabilité d’Aly Ngouille?

Chronique: C'était donc ça l'aveu

Ca devait être le « dossier » du moment, « la preuve inéluctable » attendue par l’opinion comme par l’opposition pour prouver à la face du monde la détermination du gouvernement à voler l’élection présidentielle. Mais, après avoir scruté ce dossier dans son intégralité et non dans sa portion tirée à dessein, on est resté sur notre faim. Est-ce seulement, pour ces mots dits avec sincérité et dans un grand moment de franchise, qu’il faut monter Aly Ngouille Ndiaye sur l’échafaud?

Présenté comme le scandale du moment, l’aveu de trop qui doit pousser tous les démocrates à descendre dans la rue et à porter au poteau le ministre de l’intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, l’enregistrement sonore distribué sur les réseaux sociaux avait laissé entendre le ministre de l’intérieur dire sa profonde appartenance au régime de Macky Sall et sa détermination à voir gagner l’APR. S’il n’y avait que cela dans le contenu de la conversation, on ne trouverait rien à dire. Et la preuve serait faite de la culpabilité d’Aly Ngouille Ndiaye à vouloir tricher pour Macky Sall.

Mais, lorsque l’on reprend l’enregistrement, à son début, et que l’on prenne la peine d’écouter intégralement « l’aveu » du ministre, il y a de quoi en vouloir à ces politiciens de l’opposition prêts à faire feu de tout bois pour tenter de discréditer le régime. Si nul ne peut douter que le régime ait magouillé les législatives et s’apprête à voler la présidentielle, il est inconcevable que la sincérité d’Aly Ngouille Ndiaye lui soit reprochée. Apr§s un passage dans la société civile, l’actuel ministre de l’intérieur qui est un militant de l’APR ne peut souhaiter que la victoire de son parti. Qu’il l’ai dit ou pas, c’est son voeu.

Contrairement à d’autres pays où les candidats à la présidentielle peuvent être des hommes ou des femmes providentiels, inconnus du landerneau politique, les candidats au pouvoir suprême au Sénégal ne sont pas des inconnus pour les électeurs. En dehors de Ousmane Sonko et de Mansour Sy Jamil, tous ceux qui aspirent à nous gouverner ont fait la preuve de leur méprise de l’opinion. Qui ne se souvient pas des pratiques mafieuses du ministre de l’intérieur, Djibo Leïty Ka? Qui a oublié les plans machiavéliques d’Ousmane Ngom, le dernier ministre de l’intérieur de Wade, en 2012? Avec tous ces présidents, l’opinion avait crié et le pouvoir nous avait envoyés des lacrymogènes.

Tous les prétendants au pouvoir suprême d’aujourd’hui sont ou bien étaient socialistes, libéraux avec Abdoulaye Wade et compagnons d’étape de « Macky, le dictateur« . Tous ces politiciens nous avaient habitués aux mensonges, aux tripatouillage des urnes et à la manipulation des masses. Pour une fois qu’ils ont, face à eux, un homme qui est sincère dans son amour. Et dit ce qu’il va faire, légalement, il devient dangereux.

Contrairement à Abdoulaye Daouda Diallo qui ne dit rien mais applique à la lettre un plan servant uniquement à faire gagner l’APR, même avec la triche, Aly Ngouille, lui, refuse de commettre un quelconque acte répréhensible qui fera qu’il soit dénoncé par le peuple. Il a dit simplement son souhait le plus profond: aider les militants APR à s’inscrire, à obtenir leur cartes d’électeur et voter pour Macky Sall. S’il avait subtilement changé le mot « militants » par les Sénégalais, personne n’aurait rien trouvé à dire. Voila l’impardonnable faute d’un ministre trop sincère pour être le premier flic du Sénégal. Le débat légitime qui mérite d’être mené, c’est celui de la neutralité du ministre de l’intérieur. cela doit être institué dans la constitution.

PARTAGER
Article précédentRevue de Presse Rfm du Mercredi 28 Février 2018 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye
Article suivantRevue de Presse WalfTv du Mercredi 28 Février 2018 en images
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

1 COMMENTAIRE

  1. Babacar Touré, le vers est dans le fruit: si ma mémoire est bonne, Macky Sall s’était engagé à etre le président de tous les sebnegalais et, en conséquence, à quitter son poste de secretaire general de l’APR une fois élu. Pourquoi ? Parce qu’il en allait du renforcement de la démocratie et de la bonmne gouvernance au service de tous les sebegalais. C’est lui qui l’avait dit. Mais une fois élu par defaut, il est rervenu sur sa parole en constatant certainement que son parti etait adolescent et fragile et qu’il avait besoin de le batir et de renforcer sa base politique, Ce calcul politicien d’un chef d’État qui met en avant le parti avant la patrie a donné ces mots de Aly Ngouye Ndiaye dont il faut légitimement soupçonner, mainternant, la volonté de transparence lors des prochaines joyutes electorales. Mais, le peuple senegalais attend et il ne faut pas sous estimer la capacité de ce dernbioer à dire tout hait ce qu’il pense si le suffrage universel est tripatouillé au priofit de ces gens-là.

Laisser un commentaire