Chine: Evergrande va-t-il entraîner toute l’économie chinoise dans son naufrage?

Le numéro deux chinois de l’immobilier, le conglomérat Evergrande, est au bord de la faillite. Les petits investisseurs ont manifesté ce mardi 14 septembre leur colère devant le siège de l’entreprise. Jusqu’où ira cette débâcle financière ?

Vu la taille de la société affichant 200 000 salariés, et vu le poids de sa dette – 260 milliards d’euros, des centaines de milliers de personnes redoutent aujourd’hui en Chine d’y laisser des plumes. Les petits porteurs qui ont manifesté ce mardi, sont souvent des employés de la compagnie. Ils craignent de perdre toute leur épargne dans la tourmente.

Les ménages chinois dans l’attente de la livraison d’une maison ou d’un appartement Evergrande qu’ils ont déjà payé comme l’exigeait la loi chinoise, sont aussi sur le qui-vive. Idem pour les constructeurs impayés depuis plusieurs mois. Les chantiers d’1,4 million de logements sont à l’arrêt à cause de l’insolvabilité du groupe. Le promoteur a démarré il y a 25 ans pour bâtir les logements de la classe moyenne chinoise. Il s’est aussi diversifié dans la santé, le football, l’élevage ou les parcs de loisirs.

Entre-temps son fondateur et dirigeant est devenu milliardaire

Ce lundi, son équipe a encore démenti la rumeur de faillite. Aujourd’hui, changement de braquet. Dans une communication adressée à la bourse de Hong Kong où la société est cotée, un défaut généralisé fait partie des scénarios envisagés. À cause des ventes en berne en septembre et de ses difficultés croissantes pour se refinancer, plus personne ne veut prêter au promoteur maintenant que sa note de crédit a été dégradée par la plupart des agences de notation.

L’action a perdu 80% de sa valeur depuis le début de l’année. Et les obligations valent moitié moins. Cette bérézina n’est toutefois pas tout à fait une surprise. Dans le langage des analystes financiers, Evergrande appartient à la catégorie des rhinocéros gris, c’est-à-dire des grosses entreprises visiblement en danger : un danger qu’on préfère ignorer jusqu’à ce que la crise éclate.

Tous ceux qui détiennent de la dette Evergrande sont très inquiets, dont des fonds étrangers

Sur les marchés émergents, le conglomérat est l’un des plus gros émetteurs de dette en dollars. Pas mal d’investisseurs américains sont concernés, dont BlackRock. Tout comme les gérants des grandes fortunes chinoises, très friands d’Evergrande, ils ont été attirés par les hauts rendements, jusqu’à 10%, proposés par le promoteur. L’inquiétude gagne aussi les concurrents chinois et les banques, car le naufrage du conglomérat pousse les investisseurs à déserter tout ce qui a un rapport avec l’immobilier.

Bref, Evergrande fait peser un risque systémique sur l’économie chinoise. Sa chute pourrait être pour la Chine son instant Lehmann Brothers, la banque qui a fait faillite aux États-Unis en 2008, provoquant une crise financière mondiale.

Les autorités chinoises prendront-elles le risque de laisser sombrer une aussi grosse entreprise ?

On les imagine mal rester neutre, vu la cascade de faillites et la colère des épargnants ou des petits propriétaires qui pourrait survenir en cas de faillite désordonnée. Mais au moment où XI Jinping cherche à réduire les inégalités, à mater les excès du capitalisme et de ses patrons milliardaires devenus trop mégalo et trop puissants, pas question non plus de soutenir à bout de bras une entreprise qui en est le symbole.

Les autorités chinoises pourraient imposer une restructuration fermement encadrée, en protégeant les intérêts des ménages qui ont acheté un logement Evergrande et ceux des entreprises qui les ont construites. Pour les investisseurs en revanche, l’addition sera salée. De quoi mettre un sérieux coup de frein à un secteur immobilier en surchauffe. En Chine, les prix du neuf ont été multipliés par six en quinze ans.

La Corée du Sud inflige à Google une amende de 117 millions de dollars. On lui reproche d’entraver la libre concurrence entre les systèmes d’exploitation mobile. Un nouveau camouflet pour le géant américain alors qu’entre en vigueur dans la péninsule une loi baptisée « anti-Google », qui vise d’ailleurs aussi Apple, pour leur monopole sur les achats d’applications.

La pénurie d’offre d’emploi est un fléau mondial : 70% des employeurs ont du mal à recruter. C’est ce qui ressort de l’enquête annuelle effectuée par Manpower dans 43 pays, un pic jamais vu depuis 15 ans. C’est aux États-Unis et au Royaume-Uni que le déficit d’offre est le plus saillant.

source rfi

Laisser un commentaire