Cheikh Bétio, Tanor, Dansokho, Ahmeth Amar… : ces personnalités qui nous ont quittés en 2019

Pays fréquentables pour les homosexuels, le Sénégal occupe la place n°...
Pays fréquentables pour les homosexuels, le Sénégal occupe la place n°...

Au Sénégal, de grandes personnalités issues des domaines politique, social ou religieux nous ont quittés en 2019. Retour sur les décès de quelques grandes figures qui ont marqué l’histoire du pays, chacune à sa manière.

Le 6 mai 2019, le richissime marabout Cheikh Béthio Thioune est décédé en France, où il était hospitalisé. Après une brillante carrière dans l’administration publique, cet influent guide religieux mouride avait longtemps cultivé la controverse.

Diplômes de l’École supérieure d’économie appliquée (ESEA) et de l’École nationale d’administration (ENA) en poche, il a été successivement enseignant et délégué médical avant rejoindre l’administration rurale puis le ministère de la Jeunesse et des Sports.

Une carrière qui n’entrave en rien sa montée en puissance au sein de la confrérie mouride, l’une des deux plus puissantes du Sénégal. Cette ascension, il la doit avant tout à son long compagnonnage avec le cinquième khalife général des mourides, qu’il a rencontré lorsqu’il n’avait que huit ans.

L’histoire prétend qu’ils se sont croisés pour la première fois quand Serigne Saliou Mbacké a traversé en calèche le champ paternel, alors que Cheikh Béthio Thioune n’était encore qu’un enfant. Depuis, les Thiantacounes célèbrent chaque 17 avril la rencontre de leur guide spirituel avec le dignitaire mouride, qu’il ne quittera plus jusqu’à la mort de ce dernier, en décembre 2007. D’ailleurs il y a aujourd’hui (28 décembre 2019), douze (12) ans que disparaissait Serigne Saliou.

Grands disparus de 2019 au Sénégal : Tanor, le presque éternel homme du pouvoir


Le 15 juillet 2019, cette nouvelle avait fini par créer la panique au sein de la classe politique sénégalaise. On nous apprend que le secrétaire général du Parti socialiste (PS), par ailleurs président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), Ousmane Tanor Dieng est décédé en France à l’âge de 72 ans, des suites d’une maladie.

Un grand supporter des Lions est parti. Ousmane Tanor Dieng était un féru du football et des sports de manière générale. C’était l’un des rares leaders politiques sénégalais à effectuer régulièrement le déplacement au stade Léopold Sédar Senghor à chaque fois que le Sénégal jouait. Le natif de Nguéniène, commune rurale située dans le département de Mbour, région de Thiès, même dans son lit d’hôpital supportait les Lions.

Mais Tanor Dieng n’était pas simplement un grand mordu du football. C’était aussi un grand homme d’Etat, un commis émérite de l’exécutif. En effet, il a été directeur de cabinet du président Abdou Diouf. Les valeurs et qualités du maire de Nguéniène avaient fini de convaincre le chef de l’Etat d’alors. Sa confiance en lui avait ainsi justifié sa décision de lui confier le Parti socialiste (PS). Le congrès de 1996 qui fait toujours débat l’avait propulsé au rang de Premier secrétaire du PS. Un parti qu’il a su maintenir conduire et maintenir en vie depuis lors malgré les multiples péripéties.

Grands disparus de 2019 au Sénégal : Ahmeth Amar, le capitaine d’industrie a la sénégalaise


Le 22 juillet, l’homme d’affaires sénégalais Ameth Amar, 65 ans, est décédé le à Paris. Selon un de ses proches, un malaise l’a terrassé dans la capitale française alors qu’il s’apprêtait à se rendre au Caire pour suivre la finale de la Coupe d’Afrique des nations de football le 19 juillet. Passionné de foot, il n’hésitait pas à prendre l’avion pour aller assister aux grandes rencontres du FC Barcelone, son équipe favorite.

Le fondateur du groupe agro-industriel La Nouvelle minoterie africaine (NMA) lancée à la fin des années 1990 était l’un des industriels les plus importants du pays (pâtes alimentaires, farine panifiable, provende, etc.)

La NMA est aujourd’hui l’un des leaders de la filière agro-industrielle au Sénégal, avec un chiffre d’affaires annuel d’environ 60 milliards de F CFA. Elle emploie près de 500 collaborateurs. L’un des derniers combats menés par cet homme d’affaires a été la création de regroupements industriels solides dans le pays afin de stopper le délitement du tissu industriel.

Celui qui était également actionnaire de la Banque nationale de développement économique (BNDE), était aussi l’un des principaux initiateurs du Syndicat professionnel des industriels du Sénégal (SPIS), porté sur les fonts baptismaux il y a moins d’une année.

Grands disparus de 2019 au Sénégal : Le dernier grand communiste sénégalais

Figure majeure de la politique sénégalaise depuis l’indépendance en 1960, Amath Dansokho, l’homme était de tous les combats et a participé aux deux alternances en 2000 et 2012, est décédé dans la soirée du vendredi 23 août à Dakar. Né le 13 janvier 1937 à Kédougou, dans le sud-est du pays, Dansokho est décédé à 82 ans des suites d’une maladie.

Responsable de la coalition au pouvoir, cet homme qui a pendant de nombreuses années dirigé le Parti de l’indépendance et du travail (PIT), une formation qui se réclamait du communisme, était un allié du président Macky Sall, au pouvoir depuis 2012. Le chef de l’Etat a salué « un grand combattant de la liberté, de la démocratie et du progrès des peuples ».
Source Pressafrik

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire