Amadou Sall/PDS: « la vocation de notre n’a jamais été de se ranger derrière Khalifa Sall

Amadou Sall/PDS:

0
9

 

Amadou Sall, avocat et responsable politique analyse la séparation des forces politiques qui constituées Manko Taxawu Senegal, les frustrations notées après les investitures au Pds. Non sans souligner la vocation de son parti. morceau choisi de son entretien paru ce mercredi dans le journal l’Observateur.

Ce responsable politique du parti démocratique sénégalais a donné sa lecture sur le chamboulement de la coalition Manko Taxawu Senegal. l’avocat Amadou Sall plaide devant qui l’entendre que la proposition de Maître Abdoulaye Wade devrait être l’idéale.

« Au Pds, nous restons convaincus que l’orientation définie par notre Secrétaire général national reste la meilleure et la plus rapide voie pour obtenir une forte majorité à l’Assemblée nationale. Nous nous y sommes engagés avec détermination, mais les positions inconciliable des uns et des autres ont constitué des obstacles insurmontables. Il faut certainement le regretter, mais il reste que nous sommes ensemble et appliquerons le principe du sage Chinois qui enseigne de marcher, parfois, séparément et de frapper ensemble », a livré sur les colonne de l’observateur.

Pour lui, Idrissa Seck, Malick Gakou, Cheick Bamba Diéye et Cie « ont certes de grands partis, mais force est de reconnaître que le Pds pèse plus lourd et constitue le bataillon blindé, l’infanterie, les commandos et la logistique de l’opposition ». Ainsi, Amadou de redéfinir la « vocation » du PDS: « Elle n’est pas, avec Pape Diop, Mamadou Lamine Diallo, Mamadou Diop Decroix, Mouhamadou Bamba Ndiaye, Aminata Lô et tant d’autres, de se ranger derrière Khalifa Sall. Qu’est-ce qui pourrait d’ailleurs le justifier? Ce n’est certainement pas un séjour injuste en prison. Encore qu’en ce domaine les membres de notre direction totalisent une durée de séjour carcéral particulièrement impressionnant ».

sur la situation qui prévaut actuellement au sein des libéraux, l’avocat Sall estime que les frustrations et les mécontentements sont très normales. Il dit: « Il n’est pas possible de faire des investitures sans frustrations. Choisir c’est éliminer et éliminer c’est presque toujours injuste, donc choisir c’est injuste! Ensuite, pour de multiples raisons, un parti comme le Pds n’a pas procédé au renouvellement de ses instances depuis assez longtemps, de sorte qu’il est pratiquement difficile de trouver un critère permettant de choisir. Si on y ajoute le désir de chacun de mettre sa pierre à la construction de l’édifice, on comprend aisément que les frustrations ne peuvent qu’être  multiples, tant les uns et les autres veulent en découdre avec la majorité actuelle, tant ils sont convaincus chacun d’avoir en soi la force qui lui permet d’être décisif ».

Laisser un commentaire