Affaire du Dr Palla Faye: Ce que nous savons de ce drame survenu à Sacré-Cœur

On en sait un peu plus sur l’origine des drames qui ont frappé les familles Diagne et Paye ce dimanche, à Sacré-Cœur, dans l’un des quartiers résidentiels de Dakar. Comme l’avait annoncé Kéwoulo dans un précédent article, le chef de famille, le médecin-dentiste Falla Paye, a été retrouvé mort dans son cabinet situé dans ce quartier résidentiel contigu à la cité Keur Gorgui.

En plus de son corps, les secours précédés de la police ont découvert, sur les lieux, les dépouilles de 3 enfants : il s’agit de Mouhamed Paye 11 ans, Thialy Paye 8 ans et Fatou Paye, 4 ans. En l’absence de conclusions médico-légales non encore disponibles, tout porte à croire que c’est le père -qui s’y connait en anesthésie- qui aurait injecté de fortes doses de produits paralysants à ses enfants, pour les tuer. Sans résistance et sans qu’ils ne souffrent. Parce que, dans une lettre posthume laissée par le médecin à son épouse, document que Kéwoulo a décidé de ne pas publier, Falla Paye écrit : « tu t’es bien servie de moi comme géniteur pour te faire des enfants. Tu ne mérites pas ces enfants, je les amène avec moi car tu n’as pas fait le dixième de ce que j’ai fait pour eux. Tu ne mérites pas d’avoir des enfants qui portent mon nom. Fais ce que tu veux de ta misérable vie

Pour le Docteur Falla Paye, puisque son épouse a décidé de tourner la page de leur vie commune, «il ne faut pas qu’il y ait une descendance issue de ce mariage car (il a) été, pour (elle), qu’une roue de secours.» Pour le médecin dentiste, cette femme qui a décidé de le quitter aujourd’hui l’aurait épousé par dépit amoureux. « Je t’avais demandé en mariage et tu avais refusé au prétexte que tu avais donné ta parole à quelqu’un d’autre. Et quelques mois après tu es revenue me demander si mon offre de mariage était toujours valable. Plus tard, j’ai appris que l’homme avec qui tu étais avait pris une autre femme. »

 Utilisé «roue de secours», le Dr Falla Paye a rappelé avoir longuement demandé à Ndèye Awa Diagne de patienter, le temps qu’ils se connaissent davantage avant de se marier puisque «le mariage est un projet sérieux.» Mais, la famille de la femme aurait accéléré les choses et le mariage a été célébré au bout d’une semaine. Et au cours de leur mariage, constatant des anomalies dans leur vie conjugale, Falla Paye qui dit soupçonner un désintéressement de son épouse -qui pouvait se refuser à lui pendant 42 jours- lui aurait, à plusieurs reprises, demandé si elle l’aimait suffisamment. «Et, tu me répondais toujours qu’une femme n’aime pas, elle s’habitue à son homme. » A rappelé le médecin dans sa lettre adressée au Dr Ndèye Awa Diagne, à titre posthume.

 Comme nous l’avions écrit tantôt, le drame de Sacré-cœur cache une vengeance passionnelle. A en croire des sources proches de la famille Paye, «Ndèye Awa Diagne avait décidé de divorcer de son mari» avec lequel elle a vécu 16 ans. «Depuis qu’elle a été embauchée à la clinique du Cap, elle a entrepris des démarches pour se séparer de son mari. De ce fait, son mari nous a fait savoir qu’elle s’était munie d’un certificat médical et d’autres preuves fantaisistes pour les présenter devant le tribunal le jour où elle demandera le divorce.» Accuse-t-on du coté de la famille Paye. Toutefois, dans sa lettre envoyée en guise de justification, le Dr Falla Paye accuse sa femme d’ingratitude et l’accuse de s’être servi de lui pour avoir le gite et le couvert et pouvoir étudier pour devenir ce médecin gynécologue qu’elle est aujourd’hui.

Et, maintenant qu’elle a un statut social très enviable, le Dr Ndèye Awa Diagne se serait éloignée de son mari et a demandé le divorce, du jour au lendemain, en demandant la garde des enfants. Pendant plusieurs semaines, l’homme qui s’est senti abandonné avait cherché à discuter avec celle qu’il croit, avec le recul, qu’elle l’a épousé pour, tout juste, combler un vide laissé par un autre homme qui l’a abandonné -pour une autre femme- et parce qu’elle avait 33 ans et voulait un mari à tout prix au point d’accepter de faire toutes les démarches et de se marier, en une semaine, sans même qu’il ne lui ait payé la dot.

Mais, à chaque fois, elle lui aurait répondu: «Falla j’ai tourné la page ! Falla nous n’avons rien à nous dire! Falla plus rien ne nous lie.» Croyant pouvoir reconquérir la femme de sa vie, Falla Paye avait longtemps cherché à ramener Ndèye Awa Diagne à la raison, en lui rappelant que “la vie est pleine de surprises” et que “l’éducation des enfants est une lourde responsabilité.” « Mais, tu m’as dit avoir réfléchi à tous les cas de figure» et que tu avais désormais suffisamment de moyens de tout prendre en charge. Apparemment, il y a un cas de figure que tu n’as pas pris en compte.» A écrit le Dr Falla Paye dans cette lettre à titre posthume que Kéwoulo a décidé de ne pas publier. Et dans ce cas de figure, c’est l’assassinat des enfants et le suicide du géniteur.

Laisser un commentaire